Les animaux au Moyen-Age (première partie).

Une géographie du monde animal médiéval.

Les animaux au moyen âge
Les animaux au moyen âge

De gauche à droite et de haut en bas :

Éléphant, chien, loup, chien, lapin, chèvre.

Cheval, lion, chien, bélier, puma.

Cerf, licorne, ours, dromadaire, rat.

Sanglier, vache, hérisson, écureuil, dragon.

Âne, chat, singe, agneau, loutre, sirène.

De l’animal dépendent l’alimentation, le labour, l’amendement des sols, le vêtement, l’éclairage, le transport.L’animal est aussi le prédateur, l’ennemi, le parasite, le vecteur de maladies, le dévastateur de récoltes.

C’est un référent symbolique majeur de la pensée chrétienne et de la vie sociale, on le trouve dans les bestiaires moraux, les blasons et arts religieux et profanes.

L’auroch disparaît d’Europe en 1627 (L’auroch est une vache un peu particulière, elle a deux longues cornes épaisses vissées sur la tête et semble sortir d’une peinture préhistorique. C’est pourtant dans la région de la Lozère, chez un couple de fermiers, que l’on peut en trouver un troupeau entier. Cet animal préhistorique avait cependant disparu depuis plus de 3 siècles, avant qu’il ne soit reconstitué dans les années 1930 à partir des croisements d’une dizaine de races de vaches rustiques d’Europe, du toro de combat espagnol au taureau de Camargue en passant même par le ‘highland ‘ d’Ecosse.)

Au-delà, le spectre faunique n’a pas beaucoup changé, seule l’aire d’extension des espèces est plus étendue pour le loup, le lynx, l’ours, le castor, le bison, les cétacés. Certaines espèces n’apparaissent qu’après le Moyen Age : le dindon, la pintade de Numidie, le rat surmulot, le cochon d’Inde, le rat musqué.

De l'ours et de toute sa nature .  Gaston Phébus, Livre de chasse France, début du XVe siècle Paris, BNF, département des Manuscrits, Français 616, fol. 27v.
De l’ours et de toute sa nature . Gaston Phébus, Livre de chasse France, début du XVe siècle Paris, BNF, département des Manuscrits, Français 616, fol. 27v.

C’est au cours du Moyen Age que les espèces (sauvages ou domestiques) introduites par les Romains vont se diffuser et modifier la faune :

Le rat noir qui véhicule le bacille de la peste (précédemment localisés dans les zones commerciales) sature l’Occident dès le XIème siècle.

Le chat domestique.

Le daim que l’on trouve sur les tables seigneuriales occupe les parcs à gibier d’Angleterre, il prend le pas sur les cerfs et les chevreuils.

Chien pour suivant un cerf (Psautier, XIVème siècle) © Institut de recherche et d'histoire des textes - CNRS
Chien pour suivant un cerf (Psautier, XIVème siècle) © Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS

Le paon également sur les tables des seigneurs.

PaonL’âne et le mulet également introduit par les Romains s’intègre au monde médiéval. La pintade à barbillons bleus réinvestit l’Occident vers le XIII. Le lapin n’a pas toujours été un animal familier. Au départ, on le localise en Espagne et dans le sud de la France, il franchit la Loire au IX et s’implante en Angleterre à la fin du XII.

L’Angleterre où la déforestation est précoce présente un autre spectre faunique : la rareté du sanglier, l’extinction précoce de l’ours (peut être même à la fin de l’empire romain) et du loup (vers la fin du XVème siècle) en sont les grandes caractéristiques.

La diversité du monde animal :

L’homme médiéval et le monde animal sont unis par des liens beaucoup denses que de nos jours, l’étude archéologique des ossements animaux contribue à la compréhension de ces liens. Qu’y trouve t-on ? D’abord les animaux domestiques du cheptel, de la basse cour, puis le cerf, le chevreuil et le lièvre (les plus chassés) puis le sanglier et le lapin. Chez les oiseaux : poule, oie et canard colvert, les perdrix, les colombiformes et les corvidés. Les oiseaux de prestige sur les tables seigneuriales : le héron cendré et la grue.

D’autres animaux familiers : le rat noir qui infestent les maisons, la souris, le renard (prédateur de basses-cours souvent piégés). Les reste de l’ours ne sont pas rares, le castor (pour sa fourrure et son castoréum : le castoréum est l’une des six matières premières animales de la parfumerie avec le musc, l’ambre gris, la civette, la cire d’abeille et l’hyraceum. Son odeur, agressive à l’état pur, devient agréablement douce et chaude une fois le castoréum dilué et rappelle le cuir, l’huile animale et la fourrure).

On trouve aussi des animaux qui ne sont pas familiers mais proches de l’homme : l’élan, le hérisson, l’écureuil et de nombreux oiseaux : les grives et les merles, les bécasses et les bécassines, les harles :

les cygnes, les paons :

Barthélémy l'Anglais. Livre des propriétés des choses. Reims, Bibliothèque municipale ms993, fol159
Barthélémy l’Anglais. Livre des propriétés des choses. Reims, Bibliothèque municipale ms993, fol159

les foulques :

les cigognes, tous ces oiseaux sont consommés.les oiseaux de volerie : des palombes, des éperviers et des faucons même si derniers sont moins répandus.

Bathélémy l'Anglais. Livre des propriétés des choses. Reims, Bibliothèque municipale, ms 993, fol 148v.
Bathélémy l’Anglais. Livre des propriétés des choses. Reims, Bibliothèque municipale, ms 993, fol 148v.

Sur la table de l’homme médiéval: une centaine d’espèces de mammifères plus de 200 espèces d’oiseaux, 150 espèces de poissons, liste à laquelle il faut ajouter des amphibiens, des crustacés et des mollusques.

Dans cet imposant cortège, la place de choix est tenue par les animaux du cheptel qui représentent 70 à 94% des restes d’animaux consommés. C’est le bœuf qui domine l’alimentation carnée. Le porc l’emporte avant le XIII. Les moutons et loin derrière la chèvre sont présents dans l’alimentation méditerranéenne.

Boeuf de saint Luc. © Institut de recherche et d'histoire des textes - CNRS
Boeuf de saint Luc. © Institut de recherche et d’histoire des textes – CNRS

Les viandes de basse-cour assurent partout un complément constant, mais faible, tandis que les produits de la chasse se concentrent, sans abonder, sur les sites seigneuriaux.(Frédérique Audouin – Rouzeau)

Les animaux de cheptel, d’élevage ou de basse-cour sont de petits formats (comme à l’Age de fer), cela contraste avec les grands animaux produits par l’Empire romain. Au Moyen Age, les bovins atteignent 1.10 mètre au garrot, les chevaux 1.35 mètre environ, les ovins 60 cm, les porcs 70 cm.

C’est avec les Temps modernes … que s’amorcera l’élévation décisive de leur (des animaux) gabarit, tandis que la faune sauvage commencera à perdre du terrain et l’éventail des viandes consommées à se restreindre singulièrement.

About these ads

2 réflexions sur “Les animaux au Moyen-Age (première partie).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s