Dieu se loge (quelques fois) dans le détail.

Chacun a ses dieux, ses déesses, ses héros, ses héroïnes, ses saints et ses saintes. Mon saint patron à moi c’est Daniel Arasse!!! « Et alors? » Me direz – vous. Je répondrai, voila un historien de l’art qui rend le monde intelligent et les peintures intelligibles. Et ça , c’est plus qu’il n’en faut à une poule sur un mur.

Dans son livre consacré au détail (Le Détail, pour une histoire rapprochée de la peinture, Flammarion réed 2008), il explique  l’importance d’une étude historique du détail et du rapport du détail au tableau. Les questions qu’il pose peuvent se résumer ainsi : Comment rendre compte historiquement de la pratique du détail? Quelle fonction le détail a – t il joué dans l’histoire de la peinture ? Dans l’histoire des œuvres, quel rôle a tenu le rapport au détail, tant du point de vue de la réception des œuvres que de leur création ?

Pour D. Arasse, le détail remplit deux fonctions : il peut être le détail – particolare (petite partie d’une figure, d’un objet ou d’un ensemble) ou bien le dettaglio; celui – ci est le résultat ou la trace de l’action de celui qui « fait le détail » : c’est un « programme d’action » laissant éventuellement sa trace dans le tableau.

Un exemple qui permet de comprendre que le sens d’une œuvre se loge (aussi) dans le détail.

Lorenzo Lotto, la Nativité, 1527 - 1528.Lorenzo Lotto, La Nativité, Huile sur bois, 45×56 cm, Sienne, Pinacothèque Nationale.

Au Cinquecento un certain nombre de peintres maitrisant la « bella maniera » tendent à accentuer une particularité, une irrégularité, un détail incongru (l’excentricité est la mode à Florence, à Venise au début du XVI). Le vénitien Lorenzo Lotto est capable des portraits les plus raffinés, d’œuvres religieuses où abondent la « bella maniera » à côté de détails saugrenus, bizarres.

Chez lui, l’investissement pour l’affect dévot peut se concentrer dans un détail incongru, par exemple dans l’Annonciation (1527), la Vierge se tourne vers le spectateur, elle semble figée, laissant sur le pupitre sa lecture pendant qu’un chat « fou » traverse la scène, la pièce, le tableau. Mais ce n’est pas ce tableau qui nous intéresse. Penchons nous sur le berceau de la Nativité. La source lumineuse vient du corps à peine plongé dans un bac, comme d’habitude Joseph, drapé de bleu est en retrait de la scène. A gauche, Marie, s’apprête à plonger les fesses du marmot dans l’eau et Salomé la sage – femme,  à droite et peu dextre,  a les mains serrées comme si elle ne parvenait plus à articuler ses phalanges.

Et à y regarder de plus près, je me demande si je visite un antique service d’obstétrique ou bien si j’observe la mise en scène d’un détail troublant et incongru  : Jésus a encore son cordon ombilical noué sur son ventre :

Lorenzo Lotto, La Nativité. Détail
Lorenzo Lotto, La Nativité. Détail

Les lignes qui suivent sont largement inspiré de l’ouvrage de D. Arasse.

Traditionnellement, Jésus ne prend pas de bain après sa naissance (c’est d’ailleurs ce qui distingue sa Nativité de celle de Marie ou de Jean Baptiste) . Il est rare que Salomé assiste au bain, c’est la sage – femme incrédule qui, selon La Légende dorée, voit se paralyser la main avec laquelle elle avait voulu vérifier la virginité de la vierge et qui n’est guérie, sur l’avis d’un ange, qu’en touchant le corps de Jésus.

Il est aussi exceptionnel de voir le cordon ombilical de Jésus. Ce détail constitue un unicum iconographique. Il ne s’agit pas d’une excentricité de la part du peintre. Au contraire, on peut y reconnaître la rencontre de l’actualité religieuse la plus fraîche et d’une dévotion  ancienne au saint Cordon (ombilical) de Jésus. Signalée dans La Légende dorée et le livre VII des Révélations de saint Brigitte de Suède, très diffusées au Quattrocento, la relique est très prestigieuse et un des ses fragments est conservé à Saint – Jean – de – Latran, dans le Sancta sanctorum.

Pourquoi l’ombilic est dans l’image ?

En 1527, lors du sac de Rome par les armées impériales, la relique est volée par un soldat allemand, et le pape Clément VII ordonne aussitôt de la rechercher « en toute diligence ». Elle sera « retrouvée » en 1557, et la dévotion est de nouveau encouragée par Paul IV et Sixte V.

Le sac de Rome, gravure de Martin van Heemskerck (1527).
Le sac de Rome, gravure de Martin van Heemskerck (1527)


L’objet a donc une importance dévote très importante quand Lotto peint le tableau. L’iconographie de sa Nativité trouve sa source dans les Evangiles apocryphes ou le théâtre des Mystères, le détail de l’ombilic porte toute la charge de l’affectum devotionis :c’est ce dernier qui fait retrouver et contempler dans le tableau la relique disparue de Rome.

Ce détail permet aussi d’approcher la position religieuse du peintre. Lotto cultive ses sympathies réformistes, mais il n’est pas protestant d’esprit, sinon, il n’aurait jamais marqué sa Nativité d’un détail si connoté par l’actualité. Sa position religieuse se rapproche plus de la devotio moderna du nord de l’Europe que du mouvement de la Réforme. L’utilisation dévote du détail atteint alors une efficacité inégalée chez J. Bosch et M. Grünewald …

Advertisements

3 thoughts on “Dieu se loge (quelques fois) dans le détail.

  1. Bonsoir !
    La musique du hasard (Paul Auster est, avec Daniel Arasse, un de mes saints patrons … ) fait que vous vous intéressez au cordon ombilical de l’Enfant Jésus, à travers l’étude de Daniel Arasse, que je m’y intéresse aussi de la même façon et parce que j’étudie en ce moment un tableau de 1664, d’un petit maître de la région de Limoux, dans lequel l’Enfant Jésus a aussi son cordon ombilical bien visible, et que ma fille a un blog qui s’appelle …  » une poule à petits pas  » …
    Voilà, c’était juste pour vous faire un petit signe amical, à travers toutes ces jolies coïncidences …

    1. Merci beaucoup pour votre charmant message et l’heureux hasard des coïncidences. Pourriez-vous me communiquer l’adresse du blog « une poule à petits pas »? Merci encore de votre visite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s