Les animaux au Moyen – Age (deuxième partie).

Les bestiaires.

Lapin chevauchant un chien tenant au poing un escargot .  Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 143 , fol. 165 (© Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris)
Lapin chevauchant un chien tenant au poing un escargot . Paris, Bibliothèque Sainte-Geneviève, ms. 143 , fol. 165 (© Bibliothèque Sainte-Geneviève, Paris)

Au sens strict du terme, le mot « bestiaire » désigne au Moyen Age, un recueil autonome, principalement consacré à la description et à l’interprétation emblématique d’animaux, réels ou fabuleux, de « pierres »

Quelle est l’origine du bestiaire médiéval ?

Au cours du IId siècle ap JC, un auteur d’Alexandrie anonyme compose le Physiologus : c’est un mélange de citations bibliques, de légendes populaires et d’informations tirées des naturalistes antiques. Cette compilation présente des animaux dont la « nature » est le prétexte à des interprétations emblématiques. Le Physiologus connait un grand succès en Orient et en Occident, il est enrichi au fil des temps et devient la source principale des bestiaires médiévaux. Le Physiologus lègue notamment son mode de fonctionnement : chaque rubrique s’ouvre par un titre (ex : « Du chien », « De la perdrix » …) et évoque les prétendues « natures » de l’animal, puis celles–ci sont utilisées comme support à des enseignements moraux et religieux.

Prenons un exemple : le lion, poursuivi par des chasseurs efface les traces qu’il laisse avec sa queue, rappelle aux hommes que le Sauveur ne se révèle pas clairement. Peut – être un deuxième exemple : trois jours après la naissance de ses petits, le pélican s’ouvre le flanc pour les arroser et les ramener à vie, cela permet d’évoquer le sacrifice du Christ.

Les bestiaires moralisés comptent parmi les meilleurs témoins du néoplatonisme augustinien dominant avant 1250. (Jean Maurice). Dans le néoplatonisme augustinien, toute créature reflète le Créateur, l’univers naturel se transforme en un grimoire à déchiffrer. Les animaux sont alors les allégories vivantes du Créateur et de son Eglise, ils se transforment donc en signes. En fin de comptes, les bestiaires sont des ouvrages permettant de vulgariser l’exégèse

De quand date le premier bestiaire en langue vulgaire ?

Le premier bestiaire date du début du XII : il a été écrit par Philippe de Thaon, un clerc qui a vécu en Angleterre(Pour en savoir plus: http://theses.enc.sorbonne.fr/document959.html).

Le clerc élabore son bestiaire selon une double logique. Un ordre qui classe selon les espèces : les « bestes », oiseaux et pierres ; un ordre qui les classe en fonction de ce qu’ils représentent : Christ, homme ou diable. Ce classement  (cette dispositio) qui structure aussi bien les comparants que les comparés induit un mode spécifique de lecture : les « natures » étant essentiellement allégoriques, elles rendent compte de la raison d’être des bestiaires moralisés.

Au début du XIIIè siècle, trois bestiaires se succèdent : celui de Pierre de Beauvais qui a transcrit une partie du Physiologus, deux versions de son texte sont parvenues jusqu’à nous, une courte de 38 articles, une autre comportant 33 articles supplémentaires. Guillaume le Clerc, un Normand installé en Angleterre utilise une autre version du Physiologus pour écrire  vers 1210 son Bestiaire divin, il utilise des rimes consonantes et a l’ambition de dépasser la simple traduction-compilation, il va enrichir les histoires et le commentaire allégorique s’enrichit d’une portée morale ; pour les spécialistes le bestiaire de Guillaume est l’un des plus originaux.

Quelques illustrations de ce bestiaire :

Guillaume le Clerc de Normandie. Aigle chassant une colombe
Guillaume le Clerc de Normandie. Aigle chassant une colombe; bordure extérieure ; feston
Aigle ; initiale ornée ; bordure extérieure ; feston
Aigle ; initiale ornée ; bordure extérieure ; feston

 

Le Bestiaire de Cambrai écrit vers 1260 est le dernier recueil moralisé traditionnel. Les bestiaires vont peu à peu disparaitre : la montée de l’aristotélisme rend moins évidente la portée d’une interprétation allégorique. De plus, l’allégorie profane émerge lentement, les « natures » deviennent alors les supports d’un discours érotique comme dans Le Bestiaire d’amour de Richard de Fournival.

Pour lire le manuscrit : c’est sur le génial de la BNF : GALLICA :http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1304386.r=Richard+Fournival.langFR

Enfin, se développe une encyclopédie d’un genre nouveau marqué par un esprit préscientifique : Le Livre du Trésor de Brunetto Latini qui ne retient que le discours zoologique. Les gloses disparaissent du genre.

Brunetto Latini
Brunetto Latini

La fin des bestiaires.

Le genre des bestiaires perd ses plumes en deux temps : les coups de boutoir sont assénés par la montée en puissance de la parodie, la « sénéfiance » se déplace : la « sénéfiance relève d’une préoccupation didactique, R. Guitte la présente comme le second terme du symbole, la leçon de morale ou de sagesse, l’application mystique et aussi l’exemple d’où est tirée une leçon et le glas sonne avec la disparition des gloses conçues dans les bestiaires comme un critère définitoire.

Pour en savoir plus sur la symbolique et le symbolisme au Moyen Age :

la suite … http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/caief_0571-5865_1954_num_6_1_2051

Pour circuler et feuilleter les bestiaires, la BNF propose une exposition virtuelle passionnante.

Publicités

2 thoughts on “Les animaux au Moyen – Age (deuxième partie).

    1. Bonsoir à vous,
      Merci pour ce beau compliment, vous pouvez vous abonner, en bas de la page d’accueil dans la rubrique « picorer en basse cour », en ce moment les sacs de grains ne sont pas bien pleins, c’est l’été ici aussi.
      bon mois d’août plombier de villeurbanne :-))

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s