Gavarnie ……… Oh Oui!

GavarnieOn va la faire courte, car tout a déjà été dit et les qualificatifs et superlatifs pleuvent sur le cirque de Gavarnie : prodigieux, grandiose, colossal. Aucun des termes n’est usurpé. Camille Fambon écrit dans « Les Pyrénées du pic du Midi d’Ossau au Comminges » : « Les Pyrénées ont le privilège de posséder cinq grands cirques, bouquets gigantesques corolles ouvertes par les glaciers quaternaires dans d’épaisses nappes de calcaire charriées. Le plus beau est sans conteste, celui de Gavarnie »

Dès le XVIII siècle, le site accueille les pères fondateurs du pyrénéisme : Raymond de Carbonnières, Packe, Russel …

Le site fait l’admiration de nombreux lithographes, comme Mercereau par exemple :

Le plus célèbre des marcheurs – voyageurs est Victor Hugo, il laisse dans les Contemplations , de magnifiques strophes célébrant la beauté de Gavarnie.

Et maintenant regarde : un cirque ! Un hippodrome.

Un théâtre où Istanbul, Tyr, Memphis, Londres, Rome,

Avec leurs millions d’hommes pourraient s’asseoir,

Où Paris flotterai comme un essaim du soir !

Gavarnie ! Un miracle ! Un rêve ! Architectures

Sans constructeurs connus, sans noms, sans signatures,

Qui dans l’obscurité gardez votre secret,

Arche, temples qu’Aaron ou Moise sacrait,

Panthéons, Parthénon, cathédrales qu’ont faites

De pauvres charpentiers aux âmes de prophètes,

Monts creusés en pagode où vivent des airains,

Aux plafonds monstrueux, sombres ciels souterrains,

Cirques, stades, Elis, Thèbes, arènes de Nîmes,

Noirs monuments, géants, témoins, grands anonymes,

Vous n’êtes rien, palais, dômes, temples, tombeaux,

Devant ce colisée inouï du chaos.

Avant de commencer, il faut avoir deux éléments en tête : partir tôt (très tôt), sinon armez vous de patience : l’entrée du flot de voitures (très nombreux touristes) donne naissance à un méchant goulet d’étranglement, le bouchon grossit et on se dit que jamais on aurait partir si tard, voire que jamais on aurait du venir …

L’entrée dans le village se fait au compte goutte et des bénévoles nous placent dans des parkings payants (comptez 5 €). Si on a l’esprit grincheux on peut toujours se raisonner en pensant que cette modeste obole servira à entretenir l’accès au site……….. Et maintenant en route avec les bâtons de marche

Il faut quitter le village, suivre le flot (on n’est pas tous seuls à avoir des ides géniales)

Gavarnie la sortie du village.

S vous aimez vous promener seul(e), cultiver l’introspection, gouter la solitude que suscitent les grands espacse : courrez au début …. Avant de virer à droite à l’indication « la cabane du Pailha ». Là c’est parti pour un dénivelé, à mi parcours vous pourrez (dans le calme) admirer le village de Gavarnie :

Gavarnie, vue du village.

Le paysage change peu à peu, on abandonne peu à peu l’étage montagnard, frais et humide où dominent hêtres, sapins et pins sylvestres, on franchit l’étage subalpin. Au bout de 45 minutes, on parvient au plateau de Pailha et avec ravissement, poser ses fesses à côtés d’une des nombreuses plantes endémiques : des beaux iris des Pyrénées.

Iris des Pyrénées.

… Admirer les troupeaux paître en liberté

Plateau de Pailha, les troupeaux.

A partir d’ici on rejoint le cirque en franchissant les corniches qui surplombent des ravins. Ici, aussi, on est nombreux, le chemin est étroit et on peut croiser des chevaux : comme la route, la corniche ça se partage, même si une petite voix intérieure susurre d’égoïstes propos (« la corniche je veux la partager qu’avec moi » …. Ce n’est pas très généreux mais c’est irrépressible).

Gavarnie, la corniche.

A la fin de la corniche, le cirque : c’est un amphithéâtre de gradins superposés, tous les sommets sont soulignés par des glaciers.

Gavarnie le cirque.

Au fond du cirque, la Grande Cascade, le fracas de l’eau court sur 423 mètres, et furtivement l’expression hugolienne prend toute sa dimension : ce colisée inouï du chaos.

Gavarnie, la grande cascade.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s