Meneham. La côte des Légendes.

Meneham
Meneham. La Côte des Légendes.

La côte des Légendes … Quelles légendes sont ici évoquées ? Peut – être celles des naufrageurs, car ici le littoral est dangereux, la vie a été rude, sauvage ; c’est l’espace d’un quotidien râpeux et âpre où le vent a fini par tailler les visages à la serpe.

Et les naufrages. La côte des écueils, des récifs, des courants marins et des tempêtes plante la toile de fond des innombrables naufrages ;  laissons de côté les avaries techniques, les erreurs humaines et les difficultés de navigation et regardons la mer engloutir les navires quand le brouillard est à couper au couteau cette nuit de 21 novembre 1930 : un cargo baptisé « La Brière » long de 80 mètres a chargé du sucre, du cuivre, du bois et des vélos part de Rouen et doit rejoindre l’Algérie. Le bateau s’est cassé en deux sur les rochers, c’est aussi le dernier bateau pillé par les naufrageurs pagans.

Meneham est situé dans le pays Pagan, au départ c’est seulement un corps de garde : les militaires surveillent le large dans une construction qu’embrassent deux rochers posés sur une herbe rase :

Meneham. Le corps de garde.
Meneham. Le corps de garde.

Le corps de garde est entièrement construit en pierre, son but : guetter les bateaux à la dérive, défendre la côte. C’est une sorte de maison d’écho qui informe en permanence de la vie qui se déroule sur les flots.

Puis, ce corps de garde s’est peu à peu étendu et l’espace environnant  est devenu est « lieu » occupé par des paysans – pêcheurs – goémoniers. Les fours à goémons sont aussi nombreux de l’autre côté de la Bretagne, dans le Finistère sud chez les Bigoudens.

Meneham. Un four à goémons.
Meneham. Un four à goémons.

Meneham est maintenant un village reconstitué, je ne sais pas s’il est fidèle à une réalité ou si la reconstitution nous invite artificiellement à revisiter un passé idéal : dans certains maisons de pécheurs, on peut entendre une voix surgir des enceintes placées sur les murs nous racontant la vie quotidienne d’antan et avec l’accent en plus (c’est un peu chiant, voire ridicule)

Mais voici quelques vues du « village »

Meneham. Village reconstitué.
Meneham. Village reconstitué.
Meneham. Le village reconstitué.
Meneham. Le village reconstitué.

A lire : AMZER, le journal culturel du pays des Abers, c’est fourni, riche, utile et en plus gratuit …

Meneham. Village reconstitué.
Meneham. Village reconstitué.

C’est un endroit curieux, insolite, pas vraiment authentique (mais que veut dire « authentique » par les temps qui courent ?) pas plus artificiel pour autant. C’est un lieu reconstitué que je ne comprends pas vraiment.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s