Michelange Merisi dit LE CARAVAGE (1571-1610). Deuxième partie.

Les années d’errance ou l’inaccessible sérénité (1606 – 1610)

En 1606, Le Caravage tue un homme au cours d’une partie de jeu de paume, malgré la protection de puissants mécènes Michelange Merisi doit quitter Rome. Commence alors une errance qui s’achève par sa mort solitaire sur une plage de Toscane en 1610. Au cours de ses années il fait plusieurs séjours à Naples.

Le Caravage, Les sept oeuvres de la Miséricorde, 1607.
Le Caravage, Les sept oeuvres de la Miséricorde, 1607.

C’est pour l’église de Pio Monte della Misericordia à Naples qu’il réalise un immense tableau d’autel (3,90 x 2,60) représentant Les Sept Œuvres de Miséricorde. D’après saint Matthieu les sept œuvres de miséricorde corporelle que l’on doit accomplir sont : nourrir les affamés ; donner à boire aux assoiffés ; vêtir les dénudés ; héberger les sans-logis ; libérer les prisonniers ; visiter les malades ; ensevelir les morts (cette œuvre sera rajoutée au XIIIème siècle).

Caravage propose ici une solution géniale à un problème complexe : il est le premier peintre à représenter les sept œuvres non pas séparément mais ensemble. Riches et pauvres, nobles et miséreux sont représentés par une soirée quelconque dans un des carrefours espagnols de Naples, ils symbolisent les œuvres de Miséricorde.

Une femme du peuple allaite un vieillard à la porte d’une prison; un gentilhomme dégaine son épée afin de couper son manteau et de le partager avec un mendiant nu ; un aubergiste donne à boire à un assoiffé (il se sert d’une mâchoire d’âne comme Samson) et un autre accueille des pèlerins épuisés. Les pieds du cadavre sur lesquels se pose un rayon de soleil nous rappelle l’impératif d’ensevelir les morts.

Le Caravage peint d’autres chefs d’œuvre au cours de ce premier séjour napolitain, notamment une œuvre monumentale pour l’église de l’Ordre des dominicains : La Madone du Rosaire.

Le Caravage, La madone du rosaire.
Le Caravage, La madone du rosaire.

En 1608, Caravage doit fuir  de Naples après une nouvelle incartade. La même année il débarque à Syracuse et en 609 il est de retour à Naples où il est victime d’un attentat, le peintre blessé quitte la ville, à bord d’une felouque il longe la côte vers le Nord. Il débarque à Porto Ercole, on le retrouve mort sur la plage, il n’a pas quarante ans.

En 2010 le musée des Ecuries du Quirinal à Rome a organisé une « exposition évènement » sur Le Caravage rassemblant des toiles venues du monde entier : Le Caravage


Prochain billet : Le Caravage par lui-même.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s