VERONESE; Les noces de Cana, 1562-1563 (Seconds instants)

Les noces de Cana, acteurs et convives vénitiens.

Véronèse, Les noces de Cana, 1562, Musée du Louvre.
Véronèse, Les noces de Cana, 1562, Musée du Louvre.

 

Rappelons-nous : une œuvre monumentale commandée à P. Véronèse par les moines bénédictins de San Gorgio Maggiore à Venise mettant en scène les noces de Cana au cours desquelles le Christ transforme l’eau en vin. C’est pour nous l’occasion d’observer quelques uns des132 personnages composant cette œuvre programmatique.

Véronèse mêle le profane et le sacré pour planter le décor. Les symboles religieux annonçant la Passion du Christ côtoient une vaisselle d’argent et une orfèvrerie luxueuses du XVIe siècle. Le mobilier, le dressoir, les aiguières, les coupes et vases de cristal montrent toute la splendeur du festin. Chaque convive assis autour de la table a son propre couvert composé d’une serviette, de fourchettes et d’un tranchoir.

Commençons par les amphores.

Elles sont au nombre de trois toutes placées en évidence, au premier plan dans l’alignement des peintres-musiciens

Au gauche, un serviteur en présente une au marié, l’amphore est vide, un petit serviteur noir, apporte une coupe pleine au marié, l’amphore est vide mais la coupe est pleine

A droite, l’amphore contient beaucoup de vin.

Nous assistons en direct au premier miracle du Christ, celui de l’eau changé en vin

Les noces de Cana, détail, animaux et amphores.
Les noces de Cana, détail, animaux et amphores.

 

Poursuivons par les animaux.

Il y en a six chiens sur le tableau. Le marié caresse un chien, allégorie de la fidélité.

Les deux lévriers blancs sont liés par une laisse, l’un croque un os, l’autre fixe un chat avec attention qui fait ses griffes sur l’image d’un satyre : un symbole de l’infidélité ?  Est – ce une anecdote ou bien la poursuite de la parabole ?

La tête du satyre est sculptée sur une amphore blanche : le satyre est un serviteur de Bacchus, dieu du vin.

Les musiciens.

Les noces de Cana, détail,  les musiciens.
Les noces de Cana, détail, les musiciens.

Ce sont les contemporains de Véronèse cela nous permet de les nommer. Mais, surtout, il s’agit de peintres et non de musiciens. Titien (à gauche), Véronèse (à droite) le Tintoret (derrière), et Bassano qui complète le quatuor, le dernier n’est pas le peintre mais Giovanni Bassano un virtuose vénitien qui joue du « cornetto ». Le violoniste (un peu chauve, bronzé, vêtu d’une tunique rouge et bleue, avec un petit col Henri II et un double collier d’or auquel pend une croix), c’est probablement le jeune frère de Véronèse : Benedetto Caliari.

Derrière le Tintoret, un tromboniste (un sacqueboutier), en tunique rouge et enturbanné comme un sultan : il tient son instrument à la main et parle à un personnage au capuchon rouge à clochettes, visage incliné, qui pourrait bien être le danseur de moresca qui attend son tour.

Tous ces peintres étaient amateurs de musique.

Pourquoi Véronèse place – t – il les musiciens avec une telle insistance que c’est vers eux que se porte d’emblée le regard ? C’est l’ordre des choses voulu par le peintre : les musiciens d’abord, le Christ ensuite.

Pour quelle raisons Véronèse déguise – t – il en musiciens ceux qui en réalité seront reconnus comme les « princes de la peinture », ses amis, ses rivaux, son maître ?

Pourquoi des peintres pour jouer de la musique et non des musiciens connus dans l’Europe entière ?

Cette composition permet de suggérer que les arts ne font qu’un. L’hypothèse consistant à voir dans le petit orchestre du centre du tableau les portraits des peintres les plus connus de Venise a été suggérée par l’écrivain d’art A.H. Zanetti en 1771, serait pour certains commentateurs aussi séduisante qu’infondée.

Le visage du Christ.

Les noces de Cana, détail, le Christ.
Les noces de Cana, détail, le Christ.

Blanc, lumineux, muet, regard fixé voire vissé, enraciné, ancré sur ceux qui regarde : nous.

Le Christ en croix, mort, flagellé ne nous regarde jamais, ou alors d’une manière si lointaine, impersonnelle, hors du monde.

Le contraste saisit dans ce tableau où tout le monde parle, le Christ « regarde au-delà de nous … […] si nous commençons à pénétrer ce tableau, c’est bien dans la mesure où la banalité, au moins apparente, de ce festin encadre ce visage hors du temps et ce regard […] hors du monde. » (Ph. Beaussant).

 

Les noces de Cana, détail, sablier, christ, couteau.
Les noces de Cana, détail, sablier, christ, couteau.

 

Laissons glisser notre regard et observons le sablier sur la table des musiciens, cet objet n’a aucune utilité comme sablier, il sert de porte page aux musiciens. Il symbolise du temps qui passe, le Christ dit à Marie « Mon temps n’est pas encore venu »

En remontant la verticale, juste derrière le Christ, un couteau levé, un serviteur est en train de dépecer un animal : s’agit-il d’un agneau ?.

Les Noces de Cana, détail, ciel.
Les Noces de Cana, détail, ciel.

Cette unique ligne verticale qui part du sablier, monte au visage du Christ et s’achève par le couteau du sacrifice, est-ce une simple architecture picturale ou une allusion théologique ?

Le visage de Marie.

Elle est absente mais autrement que le Christ, yeux baisés, une indicible tristesse marque son visage.

On est presque hors du temps, la mère parle au serviteur, elle l’informe que l’amphore de gauche est vide et celle de droite pleine. On est donc dans la demi seconde du miracle, que le Christ accompli sous nos yeux comme si la commisération qu’on lit sur le visage de la Vierge, dans ses yeux baissés et tristes, comme si la tendresse du cœur de Marie avait suffi pour entraîner et mettre le XT en demeure d’accomplir dans l’instant son premier miracle.

C’est le premier et le plus terre à terre des miracles : transformer de l’eau en vin.

Tout le monde parle, sauf…

Le Christ, sa mère et la jeune mariée.

Les noces de Cana, détail, convives gauche.
Les noces de Cana, détail, convives gauche.

Dans la foule, observons cette jeune fille pensive un bâtonnet dans la bouche. On dirait qu’elle est la première à subodorer le miracle, elle est en train de suivre des yeux le petit serviteur noir. Par elle, on comprend qu’il s’agit d’une dramaturgie : ce tableau est […] l’installation dans l’espace de l’instant précis où la tragédie est en tain de basculer (Ph Beaussant).

Pourquoi le marié à l’air pensif ? Peut-être que l’on oser un lien entre son attitude et le geste du majordome, dans sa tunique verte : Il déboucle sa ceinture, main gauche posée sur sa bourse, il est indigné : on a fait outrage à son métier, il rend son tablier au milieu du festin ; le jeune marié ne sait pas quoi répondre et goûte ce vin dont lui-même ne sait pas d’où il provient.

A côté de la mariée : un homme vêtu de bleu, le nez et les joues rouges du gros buveur. Il regarde le décolleté de la mariée ? Non, de sa main gauche il tient une coupe pleine, il s’adresse en fait au serviteur coiffé d’un bonnet à clochettes, il parle de vin : se plaint –il de n’avoir que l’ancien cru dans son verre ?

La composition du tableau.

Véronèse a sélectionné des pigments précieux importés d’Orient par les marchands vénitiens, des jaunes orangés, des rouges vifs et le lapis-lazuli utilisé en grande quantité pour le ciel et les draperies. Ces couleurs jouent un rôle majeur dans la lisibilité du tableau. Elles contribuent, par leur contraste, à individualiser chacun des personnages. Grâce à une restauration de trois années, les couleurs ont retrouvé leur force et leur éclat pour parfois se modifier, comme pour le manteau du maître de cérémonie, qui du rouge est devenu vert, sa couleur originale. (Source)

La composition est fondée sur la symétrie. Les personnages sont placés autour d’un axe vertical central, ponctué par la figure du Christ ; cet axe vertical sépare les convives païens, les clercs sont à sa gauche.

Le tableau est coupé à l’horizontale (balustrade qui ferme le premier plan). La partie haute  de la balustrade marque la ligne d’horizon d’une construction en perspective complexe à plusieurs points de fuite.

Le spectateur dispose d’une vue en plongée sur la table du festin et d’une vue en contre – plongée qui s’ouvre sur l’azur céleste.

Le terrestre et le spirituel mis en valeur et reliés par les escaliers latéraux et séparés par la balustrade.

Les couleurs, rouge et bleu du XT évoque sa double nature : humaine et divine. Il est entouré de la Vg et de ses 1ers disciples : Pierre, doigt pointé, en conversation avec  un serviteur et semblant transmettre les ordres du XT (chef de l’Eglise). A gauche du XT, saint Barthélémy avec un couteau (instrument de son martyr), fait le lien avec les clercs.

Pour approfondir, le site peintre-analyse.com a conçu une page animée très claire et qui permet de mieux comprendre la construction des Noces de Cana.

Publicités

7 thoughts on “VERONESE; Les noces de Cana, 1562-1563 (Seconds instants)

  1. je pense que étant donner que tout le monde était trop soul les personnages n’ayant plus de vin on souhaité crée un quiproquo rendant le personnages de jésus comme le sauveur la pateuse s’installait dans leurs bouches jésus fut donc dans l’obligation de sortir de l’eau avec de la grenadine. les hommes voulais faire leurs ouf décide de boire cette eau rouge continuant a se fendre la geule de plus en plus chacun vomissais tant le mélange était déféctueux.

  2. je fais egalement sur mon blog une catégorie peinture, sur laquelle je commente, et justement je travaille sur les noces de cana, idem pour les personnages historique, et le pere lachaise, nous avons des points communs , merci d’etre passé par chez moi,
    je n’ai pas fini de me promener sur votre espace, hop j’y retourne,
    bonne continuation a vous

    1. Oui je me souviens d’une histoire de mouches, merci de passer faire un tour par ici, chez vous je picore sans vergogne. C’est toujours un plaisir de constater que blablater et picorer piochent aux mêmes sources, et comme vous dites hop j’y retourne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s