Saison XVIIIe au Musée du Louvre / L’Antiquité rêvée

Oui, oui, je vous vois venir, le Louvre n’a besoin d’aucun écho dans cette époque vouant un culte aux expositions monumentales, mais essayons de dépasser ces opinions tranchées et définitives drapant celui ou celle qui les porte d’une impériale condescendance … mais je m’emporte.

Vu de la basse cour le mini site dédié à cette exposition revêt plus d’un intérêt : d’abord tout le monde (entier) ne vit pas à Paris, puis ceux qui y vivent ne fréquentent pas forcément l’ambiance feutrée de l’entre soi régnant dans certaines expositions. Enfin, pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas se déplacer, ce mini site nous permet de voir de près des pièces rares accompagnées d’une courte notice ou des reproductions d’une grande qualité (comme celle de Piranèse ou d’Hubert). L’outil Zoom est l’occasion d’un contact avec l’oeuvre que ne permet pas tout le temps les déambulations rêveuses .

Un petit exemple avec Alcibiade recevant les leçons de Socrate de F.-A. Vincent (1777)

Saison XVIIIe au Musée du Louvre / L’Antiquité rêvée.

J’allais oublier avant de partir : en 2011, l’Antiquité rêvée c’est quoi?

Et si c’était çà :

Ou ça

Et dire que la femme de l’ambassadeur était déjà un puissant laxatif ….

Quant à ça :

Pour continuer à filer la métaphore sanibroyeur sfa, c’est un coup à se noyer dans les chiottes

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s