1914-1918, pour tout le monde ? Retour sur une chronologie. Partie I.

ordre de mobilisation généraleOn a tous appris à l’école que la première guerre mondiale commence le 1er aout 1914 avec l’ordre de mobilisation générale et qu’elle se clôt le 11 novembre 1918 avec l’armistice et la victoire de la France (youpi !!), et si les choses n’étaient pas aussi évidentes qu’il y paraît à première vue ? Et si cette apparente simplicité posait un voile sur une réalité beaucoup plus complexe ?

Ce billet inspiré de la lecture de l’article signé Bruno Cabanes enseignant à l’université de Yale, paru dans Les collections de l’Histoire, n° 61. Ce picorage ouvre plusieurs questions qui à mon humble avis ne sont pas anodines :

  1. Quelles sont les origines de « ce drame à la mesure du monde » ?
  2. Le déroulement de la guerre est-il uniforme ?
  3. Quand ou à quel moment sort-on de cette hécatombe ?

Les origines de la guerre dépassent les deux évènements déclencheurs que sont l’attentat de Sarajevo le 28 juin 1914 et la crise diplomatique qui s’en suit en juillet 1914.

Attentat de Sarajevo, 28 juin 1914. Vidéo.
Attentat de Sarajevo, 28 juin 1914. Vidéo.

Du point de vue des relations internationales, les premières années du XXè siècle sont marquées par la mise en place d’un système d’alliances militaires : la Triple Alliance qui regroupent depuis 1882 l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie et la Triple Entente conclue en 1907 entre la France, la Grande-Bretagne et la Russie, comme l’illustre cette carte:

Carte des alliances militaires.
Carte des alliances militaires.(source )

De plus, les tensions entre la France et l’Allemagne se sont cristallisées autour de deux crises liées à l’expansion coloniales des puissances européennes : les deux crises marocaines de 1905 et 1911 (pour en savoir plus  ). Pour l’historien ce qui domine pendant les années d’avant guerre est un « sentiment diffus d’une guerre inévitable » qui se traduit par exemple dans une course à l’armement naval qui se joue entre Berlin et Londres. Quand Guillaume II portant une nouvelle doctrine de politique étrangère, la Weltpolitik, déclare «Notre avenir est sur l’eau  cela suscite une très vive inquiétude de la part de l’Angleterre qui se lit dans les propos du Premier Lord de l’Amirauté en 1911, Winston Churchill,  La marine est pour l’Angleterre une nécessité, pour l’Allemagne un objet de luxe . Mais retenons toujours du même cette citation qui traduit bien ce « sentiment diffus d’une guerre inévitable » : la marine  est pour nous synonyme d’existence, pour eux (les Allemands) d’expansion . Donc avant 1914, le début du siècle est marqué par une course aux empires coloniaux et une compétition navale.

Le nouveau dreadnought Iron Duke, 26000 tonnes.
Le nouveau dreadnought Iron Duke, 26000 tonnes.

Les travaux récents des historiens (David Bell, S. Förster) montrent que la Grande Guerre porte à son paroxysme une révolution militaire engagée bien en amont, dans le courant du XIXème siècle, plus exactement dans la deuxième moitié de ce siècle : la guerre de Sécession, la guerre franco-prussienne de 1870-1871, la guerre des Boers entre 1899 et 1902, la guerre russo-japonaise de 1904-1905 ou encore les guerres balkaniques de 1912-1913. Cette révolution militaire se lit dans l’usage d’armes nouvelles comme celle utilisées au cours du massacre des Hereros , ou encore la mise en place de camps de concentration pendant la guerre des Boers menée par la Grande-Bretagne en Afrique du Sud, pendant cette guerre certaines mutations technologiques sont employées à des fins bellicistes, pensons par exemple à la révolution du fil de fer barbelé inventé au début des années 1870 pour regrouper les troupeaux de bétail dans les grandes plaines américaines.

Camp de concentration pendant la guerre des Boers
Camp de concentration pendant la guerre des Boers

On peut aussi retenir l’emploi de l’artillerie et les prémices de la guerre de position pendant la guerre russo-japonaise. 1905, guerre russo-japonaise.

Toutefois, il faut toujours se garder de promouvoir des explications tranchées et garder l’esprit de nuance car le fait qu’une mutation des armements, des méthodes de combats et de la violence de guerre a eu lieu au XIXè siècle ne signifie pas pour autant qu’elle ait été comprise ou qu’elle ait permis d’anticiper ce que serait la Grande Guerre (Bruno Cabanes)

Une guerre qui devient forcément mondiale en raison des logiques impérialistes à l’œuvre.

L’attention portée aux logiques « impériales » permet de comprendre comment un conflit régional embrase la planète. Les empires coloniaux mobilisent leurs troupes. Même si les situations peuvent varier d’un espace à un autre, on assiste à une vague de volontariat dès le début de la guerre dans l’empire britannique : l’Australie envoie 332 000 hommes et la Nouvelle-Zélande 112 000 hommes. Pour B. Cabanes, la Première Guerre mondiale apparaît rétrospectivement comme l’acte de naissance de ces pays nouveaux. En novembre 1914, un tiers de l’armée britannique présente sur le front occidental vient d’Inde. Ce sont plus de deux millions d’Africains qui ont participé aux combats entre 1914 et 1918, si l’on ne retient que l’exemple de l’Algérie, ce département français fournit à la métropole 245 000 indigènes et 73 000 colons.

Cette guerre totale devient mondiale par sa dimension économique, par exemple 140 000 travailleurs chinois de la province du Shandong viennent travailler en France après l’accord passé entre notre pays et la Chine en 1916.

Une chronologie complexe.

Arrivée des Américains à Saint Nazaire en juin 1917
Arrivée des Américains à Saint Nazaire en juin 1917

Cette complexité s’explique par le jeu des mémoires nationales qui sont porteuses d’enjeux différents, il est donc possible de parler de chronologies emboitées. Pour les Français et les Allemands la bataille de Verdun représente le paroxysme de la guerre industrielle ; pour la Grande-Bretagne c’est le passage du volontariat à la conscription en 1916 qui est un tournant majeur. Les Australiens comme les Néo-Zélandais organisent leur mémoire autour de la bataille de Gallipoli au cours de laquelle les troupes de l’ANZAC (The Australian and New Zealand Army Corps) affrontent les troupes de l’Empire ottoman en 1915. Le 25 avril 1915, le débarquement de l’ANZAC commence à Gallipoli, sur un promontoire étroit couronné de fortifications, face à des escarpements quasi infranchissables. Les Turcs déclenchent un feu d’enfer, mais les Australiens parviennent, vers 6 heures du matin, à occuper le sommet de la première colline. Le jeune général turc Kemal Pacha (Mustafa Kemal Atatürk) après en avoir reçu l’ordre, lance une contre-attaque victorieuse. 841 Australiens devaient mourir vers la fin de la bataille. En Australie, on se rappelle la défaite de Gallipoli comme du baptême du feu pour l’armée australienne et la nouvelle nation qu’est l’Australie (de même pour les Néo-zélandais). Une cérémonie se déroule chaque année à Gallipoli le 25 avril (ANZAC Day).Source

An ANZAC The Australian and New Zealand Army Corps telling a French soldier the latest

En revanche, les Américains retiennent l’année 1917 comme le véritable tournant de la guerre parce qu’ils rompent avec la logique isolationniste : les Etats-Unis rentent en guerre du côté de la Triple Entente après la découverte du télégramme Zimmermann  , le 16 janvier 1917 dans lequel l’Allemagne propose une alliance militaire au Mexique.

Télégramme Zimmermann, décodé.
Télégramme Zimmermann, décodé.

L’année 1917 est aussi pour les Russes le tournant de la guerre. De plus, les Russes replacent cette guerre 1914-1918 dans un cycle national plus long, la guerre russe est une guerre de sept ans qui se termine en 1921 avec la fin de la guerre civile.Les guerres balkaniques que nous avons évoquées plus haut s’achèvent en 1922 avec la fin du conflit gréco-turc et le début de la conférence de Lausanne   au cours de laquelle la paix est signée le 24 juillet 1923 et qui fonde la Turquie.

Arrivée de Mussolini au Casino de Montbenon pour la cérémonie d'ouverture de la Conférence de Lausanne, qui a eu lieu le 20 novembre 1922. (c) Musée historique de Lausanne
Arrivée de Mussolini au Casino de Montbenon pour la cérémonie d’ouverture de la Conférence de Lausanne, qui a eu lieu le 20 novembre 1922. (c) Musée historique de Lausanne

La seconde partie de ce billet sera consacrée aux fins de la guerre et à la démobilisation culturelle, concept que l’on tentera de comprendre au ras des grains bien sûr, afin de répondre à la troisième question posée au début de ce post.

Publicités

4 thoughts on “1914-1918, pour tout le monde ? Retour sur une chronologie. Partie I.

  1. Si vous pensez que mon message est approprié pour figurer à la suite de votre post, je vous communique l’information suivante :Samedi 9 novembre 2013
    A l’Hôtel de ville de Mirepoix,
    Place du maréchal – Leclerc, à 17 heures,
    « Raymond Escholier, un Ariégeois écrivain combattant au front d’Orient
    de la Grande Guerre (1914- 1919) »
    Sous l’égide de l’association du Salon du livre d’histoire locale de Mirepoix, dans le cadre des actions commémoratives qui se dérouleront au fil des années jusqu’en 2019 pour rendre hommage aux combattants de la Grande Guerre à l’occasion de son centenaire, nous invitons Bernadette Truno, docteur d’Etat ès Lettres, André Minet, professeur d’histoire honoraire, et Roger Little, docteur d’Etat ès Lettres et professeur de français au Trinity College de Dublin, à présenter deux ouvrages : d’une part la réédition de « Mahmadou Fofana », de Raymond Escholier, d’autre part les deux tomes de la correspondance de l’adjudant Escholier, sous le titre « Avec les tirailleurs sénégalais – 1917- 1919, lettres inédites du front d’Orient ».
    Précieux témoignage d’un adjudant blanc passant de la condescendance envers les tirailleurs noirs à l’admiration, les lettres de Raymond Escholier nous font partager son expérience directe de volontaire, de combattant, d’écrivain, d’épistolier, d’homme.
    De 17 heures à 19 heures, se succèderont la présentation de leur travail par Bernadette Truno et André Minet, la présentation de la réédition de « Mahmadou Fofana » par Roger Little, une conférence de Bernadette Truno et André Minet sur ces « Lettres inédites du Front d’Orient, 1917- 1919 », puis la lecture d’extraits de la correspondance de Raymond Escholier par Françoise Escholier-Achard et Claude Achard. Cet événement culturel se terminera par la vente sur place des livres par la Librairie des Couverts avec dédicace des auteurs, avant le vin d’honneur offert par la municipalité.

    Si vous ne trouvez pas que cela soit approprié, n’hésitez pas à supprimer !

    1. UN TRÈS GRAND MERCI A VOUS pour cette information, il y aura du beau monde à Mirepoix. Si vous le permettez je reprendrai votre commentaire dans des prochains post car pour tout dire, j’essaie de glaner ce que les mairies organisent à l’occasion des commémorations. Si vous vous rendez à ce salon, n’hésitez pas à me faire part de vos remarques toujours stimulantes.

  2. J’en suis la modeste organisatrice … Vous pouvez, bien sûr, utiliser ces quelques informations à votre convenance. Nous avons aussi une très belle affiche, réalisée à partir d’un portrait de Raymond Escholier, en uniforme d’adjudant de tirailleurs, au front. (Si vous voulez bien m’envoyer votre adresse mail, je vous communiquerai ce portrait. )
    Pour vos picorages sur le sujet, je me permets de vous informer qu’un groupe de travail formidable s’est mis en place en Ariège, et travaille sur un projet de commémoration sur cinq ans, avec un livre déjà presque prêt sur l’année 1914. (Je vous tiendrai au courant de leurs avancées, si vous le souhaitez.)
    Merci mille fois pour votre belle énergie et votre sens du partage !

    1. Merci à vous, voilà une très belle étude pour tenter un post de micro-histoire sur le parcours d’un homme pendant la Grande Guerre et la manière dont il a construit et transmis son expérience.Bien à vous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s