1914-1918 : La première guerre mondiale au cinéma.

Hier soir j’ai revu avec un grand intérêt le film de Stanley Kubrick Les Sentiers de la Gloire.

Le résumé du film :
1916. Les fantassins français croupissent dans les tranchées face à une position allemande réputée imprenable. Tout assaut serait suicidaire. Pourtant, espérant obtenir une étoile de plus à son uniforme, le général Mireau ordonne une attaque. Décidé à protéger ses hommes, le colonel Dax s’y oppose avant de plier sous le chantage. Comme prévu, c’est l’échec total. Avant même d’avoir atteint les barbelés adverses, les fantassins sont repoussés. Niant l’absurdité de sa stratégie, le général Mireau réclame, à titre d’exemple, l’exécution publique de trois de ses soldats, accusés de lâcheté. Le colonel Dax les soutient devant le tribunal de guerre, mais les trois hommes sont condamnés à mort…
Accueil et critiques du film en France :
Le film  sera projeté en Belgique en 1958 avant d’être retiré de l’affiche jusqu’en 1975, en France il sera dans les salles 18 ans après sa réalisation.
La cinémathèque française propose un résumé  éclairant des critiques qui ont accueillies ce film en France : Revue de presse.

Quels autres films à (re)voir?

Un long dimanche de fiançailles.
Un long dimanche de fiançailles.

Dans une production florissante, Télérama propose le résumé des 10 films qu’il faut avoir vu. L’article a le défaut de son propos dans la mesure où l’invitation à la vision peut être injonctive, mais peu importe, les résumés, les vidéos  et les nombreux liens vers d’autres articles sont des plus utiles pour le club des profanes en septième Art, association à laquelle je suis affiliée. C’est par exemple le cas pour le film de Dalton Trumbo : Johnny s’en va-t-en en guerre.

Synopsis

En 1918. Après une seule et unique nuit avec sa fiancée Karen, Johnny, un jeune Américain, part pour le front européen. Mis en pièces par un obus, il conserve miraculeusement la vie. Mais sans bras ni jambes, aveugle, sourd et muet, il n’est plus qu’un tronc qui végète sur un lit d’hôpital. Le corps médical, avide d’expérimentations, maintient ce corps en vie, en oubliant qu’il a affaire à un être humain. Lorsqu’enfin Johnny parvient à entrer en communication avec l’infirmière, c’est pour exprimer son désir d’être mis à mort ou exhibé comme une illustration de l’absurdité des guerres. Hélas, les médecins ne se soucient guère de ses vœux. Condamné à vivre, Johnny se réfugie dans le rêve… Source

14-18 : les 10 films qu’il faut avoir vu – Cinéma – Télérama.fr.

Advertisements

10 thoughts on “1914-1918 : La première guerre mondiale au cinéma.

  1. si tu savais mais vraiment comme la guerre me fait peine, meme si je l’ai pas vécu ou meme si je la vis pas, desfois on se rend pas compte, nous sommes en train de manger, la tv allumée, et on voit le journal tv, a force j’ai l’impression qu’on ne se rend meme plus compte, que ya des humains , c’est presque devenus des fictions, puis on eteint son poste on va au boulot, etc,
    cest absurde la guerre,

    1. Merci pour ce commentaire. Si tu savais à quel point je partage cette peine : c’est bien cette absurdité qui rend la guerre fascinante pour certains, abjecte pour d’autres (je me range dans la catégorie des « autres »).

  2. et oui on se rend bien compte que la vie des citoyens lambda ne vaut pas grand chose face à la bétise des dirigeants des classes dominantes qui seront toujours protégées; les privilèges persisteront encore longtemps …

      1. entièrement d’accord ! mais saura t on tirer leçon du passé ? le passé a souvent montré que non, mais ne tuons pas l’espoir et continuons à faire ce qu’il y a à faire : pouvoir maintenir des esprits éveillés …

  3. Bonsoir à tous,
    Si vous êtes du côté de Mirepoix (Ariège) le samedi 8 mars prochain, nous consacrons une partie de la journée au rôle des femmes dans la Grande Guerre : 16h présentation d’une exposition de cartes postales anciennes sur le sujet (salle des métiers d’art, derrière l’OT), 17h, présentation de l’histoire du monument aux morts,  » Itinéraire d’une oeuvre d’art  » (in situ, départ au chevet de l’ancienne cathédrale), 18h conférence de Pierrette Soula (salle du cinéma) sur le rôle des femmes pendant la guerre, justement, et 21h, toujours au cinéma,  » Les sentiers de la gloire  » . Pédagogie militante aussi, en quelque sorte !
    Bienvenue à tous ceux qui seront avec nous ! Et mille bravos ( bravi … ) pour ce blog !

    1. Bonjour, cela me fait plaisir de savoir que vous êtes venue faire un tour par ici. Merci pour cette information et bravo pour le dynamisme culturel des Ariégeois! Savez-vous si cette manifestation fera l’objet d’un compte-rendu ou d’un résumé sur un site internet ou un blog? Si c’est le cas, c’est avec plaisir que je m’en ferai le relais. Bien à vous.

      1. Bonsoir,
        Merci pour votre chaleureuse réponse.
        Je ne sais pas s’il y aura un compte -rendu, peut -être dans Ariegenews, peut – être sur le blog de mon amie  » la dormeuse encore « , je ne sais pas.
        Je me permets d’ajouter aussi le dernier numéro de la revue Lire, consacrée à la Grande Guerre, pour  » 14 – 18 – Les écrivains et la guerre – Combattre, comprendre, témoigner « .
        Amitiés à tous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s