Un enfant n’a aucune valeur en temps de guerre.

Un titre en couperet, sans appel, sans dialogue! La guerre s’ouvre et bouscule durant l’été 1914 les derniers jours de l’ancien monde. Ces mots lacérés sont ceux d’Elfriede Kuhr, un des 14 protagonistes de l’exceptionnelle série d’Arte : des armes et des mots qui nous ouvrent les pages de 14 journaux intimes.

Des armes et des mots.
Des armes et des mots.

Ce sont des histoires vraies! Voilà une forme d’histoire, d’appréhension du passé comme je l’affectionne et la cultive : une histoire par le bas, celle que les anglos-saxons qualifient de « subalterns studies », comprendre le monde par la vie bouleversée ou en train de l’être de ces hommes, ces femmes et ces enfants plongés dans la totale et inédite conflagration européenne du début du XXème siècle. Avant de s ‘engouffrer dans la catastrophe originelle du XXème siècle , je vous laisse lire ou écouter la bande annonce : Nous pouvions traverser l’Europe de l’Atlantique au Bosphore en quelques jours seulement. Le chemin de fer avait fait le lien entre les coins les plus éloignés du continent, les distances ne comptaient plus. Tout nous semblait possible, il suffisait de le vouloir assez fort. Il y avait une excitation enfantine à succomber à ce vertige de la vitesse offert par les avancées techniques. Nous avions l’avenir entre nos mains, il semblait si brillant, si tangible. Nous ne pouvions imaginer à quel point le sol était instable sous nos pieds et le futur fragile jusqu’à l’été 1914.

14 journaux intimes.
14 journaux intimes.

Comment dirons-nous demain les guerres aux nouveaux visages qui se déroulent aujourd’hui ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s