L’enfant et le néant. I…

Pas de guerre sans images, cela relève du truisme. Les sociétés en guerre produisent des images, de toute nature, des conflits dans lesquels elles s’embourbent. Ces images expliquent, justifient, réfléchissent, excusent. En un mot, elles donnent à voir la manière dont nous nous mettons en scène et la manière dont nous nous représentons l’ennemi . Ces images opposent souvent la brutalité de l’ennemi à l’innocence des outragés. Nous avons tous en tête des images devenues iconiques, des symboles de « l’horreur ». La plupart du temps ce sont les femmes et les enfants qui occupent le devant de la scène. Rappelez vous cette photographie d’une femme algérienne qui symbolise l’horreur du massacre des civils en 1992 quand le Front Islamique du Salut puis le G.I.A. (Groupes Islamiques Armés) entrent en guerre contre l’Etat incarné par l’unique F.L.N.

Massacres de civils en Algérie

Maintenant, si nous évoquons le drame humain qui se joue à nos portes, à nos frontières, à nos murs de barbelés nous le qualifions de « crise des migrants ». Je ne sais pas vraiment qui en crise : certainement les hommes, les femmes, les enfants qui fuient les horreurs de la guerre, probablement notre (mon) Europe démunie, apeurée, dépassée. S’il faut trouver une image de cette déréliction qui nous enveloppe, un cliché surgit et nous envahit : celui d’un enfant échoué sur une plage dont nous connaissons l’identité légale, Aylan Kurdi.

le-corps-d-un-enfant-migrant-mort-noye-sur-une-plage-de-bodrum-au-sud-de-la-turquie-apres-le-naufrage-d-un-bateau-transportant-des-refugies-le-2-septembre-2015
le-corps-d-un-enfant-migrant-mort-noye-sur-une-plage-de-bodrum-au-sud-de-la-turquie-apres-le-naufrage-d-un-bateau-transportant-des-refugies-le-2-septembre-2015

Cette dernière photo invite inévitablement à se poser plusieurs questions :
– Pourquoi et en quoi un enfant symboliserait-il un conflit, une crise, une guerre ?
– Est-ce une nouvelle manière de représenter ce que nous jugeons insupportable ?
– Y a-t-il ici une concurrence des victimes ? En d’autres termes, maladroits j’en ai conscience, Le Dormeur du val a-t-il du céder sa place à l’Enfant échoué ?

Nous avons tous en tête des images d’enfants et de guerre, ce billet est ouvert à vos questions ou suggestions, n’hésitez pas à en faire part car il est à suivre.

Publicités

2 thoughts on “L’enfant et le néant. I…

  1. Cet article me fait beaucoup réfléchir. Depuis quand représentons nous la guerre en art? depuis longtemps (je pense notamment à la mosaïque représentant la bataille entre Alexandre et Darius). Mais les victimes? Est-ce à partir du XIXe siècle et le moment où la presse commence à prendre de l’importance? Les Pestiférés de Jaffa de Gros montrent des soldats français c’est un peu différent. Les massacres de Scio et la Grèce sur les ruines de Missolonghi sont les premières images de victimes qui me viennent à l’esprit.

    1. Bonjour Caryatides,
      Merci pour votre message et vos questions. Vous avez raison c’est au cours du XIXè siècle et surtout au XXé siècle que l’enfant (l’enfance) meurtrie devient une figure iconique des ravages de la guerre. Les enfants martyrs ont été représentés depuis plus longtemps mais il s’agissait de tableaux religieux ou illustrant un passage de la Bible, pensons au jugement de Salomon, au massacre des Innocents ou encore des tableaux traitant un sujet de la mythologie comme l’enlèvement des Sabines. Le premier à représenter les victimes en tant que telles est peut-être Goya avec sa série de gravures consacrée aux désastres de la guerre. Mais peut-être que le bouleversement des formes de guerre (comme la guerre d’anéantissement dont le but est l’annihilation totale de l’ennemi) peut expliquer la place centrale jouée par la représentation de l’enfant. A nouveau merci d’avoir partagé vos interrogations qui en nourrissent forcément d’autres. Bonne semaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s