L’enfant et le néant. I…

Pas de guerre sans images, cela relève du truisme. Les sociétés en guerre produisent des images, de toute nature, des conflits dans lesquels elles s’embourbent. Ces images expliquent, justifient, réfléchissent, excusent. En un mot, elles donnent à voir la manière dont nous nous mettons en scène et la manière dont nous nous représentons l’ennemi . Ces images opposent souvent la brutalité de l’ennemi à l’innocence des outragés. Nous avons tous en tête des images devenues iconiques, des symboles de « l’horreur ». La plupart du temps ce sont les femmes et les enfants qui occupent le devant de la scène. Rappelez vous cette photographie d’une femme algérienne qui symbolise l’horreur du massacre des civils en 1992 quand le Front Islamique du Salut puis le G.I.A. (Groupes Islamiques Armés) entrent en guerre contre l’Etat incarné par l’unique F.L.N.

Massacres de civils en Algérie

Maintenant, si nous évoquons le drame humain qui se joue à nos portes, à nos frontières, à nos murs de barbelés nous le qualifions de « crise des migrants ». Je ne sais pas vraiment qui en crise : certainement les hommes, les femmes, les enfants qui fuient les horreurs de la guerre, probablement notre (mon) Europe démunie, apeurée, dépassée. S’il faut trouver une image de cette déréliction qui nous enveloppe, un cliché surgit et nous envahit : celui d’un enfant échoué sur une plage dont nous connaissons l’identité légale, Aylan Kurdi.

le-corps-d-un-enfant-migrant-mort-noye-sur-une-plage-de-bodrum-au-sud-de-la-turquie-apres-le-naufrage-d-un-bateau-transportant-des-refugies-le-2-septembre-2015
le-corps-d-un-enfant-migrant-mort-noye-sur-une-plage-de-bodrum-au-sud-de-la-turquie-apres-le-naufrage-d-un-bateau-transportant-des-refugies-le-2-septembre-2015

Cette dernière photo invite inévitablement à se poser plusieurs questions :
– Pourquoi et en quoi un enfant symboliserait-il un conflit, une crise, une guerre ?
– Est-ce une nouvelle manière de représenter ce que nous jugeons insupportable ?
– Y a-t-il ici une concurrence des victimes ? En d’autres termes, maladroits j’en ai conscience, Le Dormeur du val a-t-il du céder sa place à l’Enfant échoué ?

Nous avons tous en tête des images d’enfants et de guerre, ce billet est ouvert à vos questions ou suggestions, n’hésitez pas à en faire part car il est à suivre.

Tu préfères être … un bonbon ou une crevette?

La question peut paraître incongrue, déplacée voire carrément sotte … et pourtant. C’est l’interrogation que vous soumet Product qui vous invite à suivre l’ odyssée de 10 produits de consommation.

Pour répondre à ces questions : D’où viennent les objets? Qui les transforme? Qui les touche? Quels chemins empruntent-ils pour parvenir à nos assiettes?

Capture d'écran. ProductArte.tv
Capture d’écran. ProductArte.tv

La série documentaire Product vous propose d’incarner certains produits phares afin d’en sonder les secrets les plus intimes. En vision subjective, chaque film remonte le temps à toute allure pour en suivre les pérégrinations, de transformations en rationalisations, de la Chine au Brésil, en passant par le Kazakhstan. (Source)

Il y a quelques années, j’ai déjà regardé un documentaire sur le marché des cheveux et la vente des extensions de cheveux, en éprouvant un réel malaise. Ce malaise ne s’est aucunement dissipé au visionnage de ce nouveau périple capillaire.

Dans de gigantesques halls, les personnes sont alignées côte à côte, dans l’attente d’être tondues. Les cheveux sont donnés en offrande aux dieux pour bénir et protéger sa famille. Toute l’année, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes se rendent en pèlerinage dans des temples, à Tirumala [en Inde] , à cet effet. Mais ce que les pèlerins ignorent, c’est que les temples ont construit tout un business autour de cette pratique religieuse : la chevelure est vendue dans des ventes aux enchères : selon sa longueur, un kilo de cheveux peut apporter entre 100 et 700 €. L’argent que les temples récoltent grâce à ce commerce est utilisé pour des projets humanitaires comme construire des écoles, des hôpitaux ou encore des orphelinats. Après traitements, ces cheveux finissent sous forme d’extensions qui viennent orner les coiffures des occidentales, à la recherche d’un ajout esthétique. (Source)

ProductTM. ArteTV.cheveux
Capture d’écran. Les extensions de cheveux.

Vous pouvez visionner les reportages jusqu’à la fin de l’année … 2018.