Kreizh au KuB

KuB ! Un acronyme bien entendu, mais mâtiné d’une langue régionale. « Ku » pour culture et « B » pour Bretagne (ou Breizh).
KUB est LE webmédia breton de la culture, ce qui ne veut surtout pas dire qu’il s’agit d’un webmédia de la culture bretonne !

Le webmédia breton de la culture.

L’ambition de cette plateforme est non seulement d’accueillir mais aussi de permettre la diffusion de la création culturelle en Bretagne. Et oui, les Bretons peuvent chanter d’autres refrains que « ils ont des chapeaux, vive la … »

Après la version test lancée en avril 2017, la nouvelle née KuB vient de paraître avec pour ambition d’exposer des œuvres singulières, peu ou pas visibles sur les écrans traditionnels, avec une attention particulière apportée aux nouvelles écritures.
À l’occasion du lancement de sa nouvelle version, KuB fait une tournée en Bretagne et vient à la rencontre des espaces de culture et des acteurs culturels bretons. Ses responsables étaient dernièrement au théâtre du Pays de Morlaix. Porté par le Contrat d’objectifs et de Moyens et dans le cadre du Projet audiovisuel breton, KuB, basé à Vannes, est conventionné par l’État et la Région pour éditer des programmes sur le web, pour améliorer la visibilité des événements et des artistes de Bretagne mais aussi pour accompagner des projets sous forme de coproduction, de coédition. Le site dispose déjà de 400 vidéos il s’articule autour de 5 grands thèmes : les arts, les gens, les territoires, l’histoire, les collections.


Aujourd’hui ce sont « Les Gens » qui ont retenu mon attention et notamment la rubrique « Le Travail », je vous invite à aller jeter vos deux yeux sur « Les Mémoires Vives », une série de six portraits d’ouvrières réalisée par Cécile Borne et Thierry Salvert .

Ces ouvrières parlent de leur condition. L’évolution des pratiques, des techniques, des produits… Le travail qui se complexifie, s’accélère. Des jeunes femmes qui se forment, intègrent les gestes, acquièrent l’expérience, cherchent à obtenir un CDI, à prendre de l’ancienneté. Accomplir son travail, s’accomplir par le travail. Passer sa vie au travail. Attendre la retraite. Thématiques connues mais vécues différemment au gré des caractères, des situations et des âges. Ces voix intérieures se confient pendant qu’on voit les corps au travail. Travailler avec une machine au risque de devenir machine.
Cet article présente le travail des deux artistes : ICI

Bon voyage et belles découvertes.

L’histoire entre rêve et plaisir. A consommer sans modération.

L’histoire entre rêve et plaisir – La Vie des idées.

Pour rencontrer Alain Corbin, l’historien qui bouscule avec élégance les idées reçues et qui invite à labourer des terres que l’on croyait muette ou qu’on pensait ne pas advenir, je vous laisse en compagnie de l’entretien qu’il accorde à Ivan Jablonka.

Entretien avec Alain Corbin

Alain Corbin rend sensible les odeurs du bocage, le son des cloches qui se sont éteintes, le bruit d’une ville disparue; dans une invitation au voyage, il nous fait croiser des putes, des bordels et des « cannibales » et rend vie à des hommes morts sans laisser de traces et peut-être aurez vous la chance de gouter le désir du rivage. Allez lire (oui, je crois que c’est une injonction comminatoire) Alain Corbin, prenez, ouvrez et lisez au hasard un de ces livres, vous allez vous offrir un voyage dans le temps et de la connaissance qui rend sensible au monde.

Une invitation à monter dans les arbres : La douceur de l’ombre, ouvrage paru en 2013.

La Douceur de l'arbre. Entretien à la Matinale, France Musique.
La Douceur de l’arbre. Entretien à la Matinale, France Musique.

Voici sa bibliographie :

Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXe siècle), Paris, Flammarion, 1978.
Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1982.
Le Village des cannibales, Paris, Flammarion, 1986.
Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 1988.
Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1994.
Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998.
Histoire du corps (codir. avec J.-J. Courtine et G. Vigarello), Paris, Seuil, 2005, 3 vol.
L’Harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2007.
Les Conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. À l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011.
Histoire de la virilité (codir. avec J.-J. Courtine et G. Vigarello), Paris, Seuil, 2011, 3 vol.
La Douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013.
La Pluie, le Soleil et le Vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait (dir.), Paris, Aubier, 2013.

L’histoire entre rêve et plaisir. A consommer sans modération.

L’histoire entre rêve et plaisir – La Vie des idées.

Pour rencontrer Alain Corbin, l’historien qui bouscule avec élégance les idées reçues et qui invite à labourer des terres que l’on croyait muette ou qu’on pensait ne pas advenir, je vous laisse en compagnie de l’entretien qu’il accorde à Ivan Jablonka.

Entretien avec Alain Corbin

Alain Corbin rend sensible les odeurs du bocage, le son des cloches qui se sont éteintes, le bruit d’une ville disparue; dans une invitation au voyage, il nous fait croiser des putes, des bordels et des « cannibales » et rend vie à des hommes morts sans laisser de traces et peut-être aurez vous la chance de gouter le désir du rivage. Allez lire (oui, je crois que c’est une injonction comminatoire) Alain Corbin, prenez, ouvrez et lisez au hasard un de ces livres, vous allez vous offrir un voyage dans le temps et de la connaissance qui rend sensible au monde.

Une invitation à monter dans les arbres : La douceur de l’ombre, ouvrage paru en 2013.

La Douceur de l'arbre. Entretien à la Matinale, France Musique.
La Douceur de l’arbre. Entretien à la Matinale, France Musique.

Voici sa bibliographie :

Les Filles de noce. Misère sexuelle et prostitution (XIXe siècle), Paris, Flammarion, 1978.
Le Miasme et la Jonquille. L’odorat et l’imaginaire social, XVIIIe-XIXe siècles, Paris, Flammarion, 1982.
Le Village des cannibales, Paris, Flammarion, 1986.
Le Territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage, 1750-1840, Paris, Flammarion, 1988.
Les Cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 1994.
Le Monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu (1798-1876), Paris, Flammarion, 1998.
Histoire du corps (codir. avec J.-J. Courtine et G. Vigarello), Paris, Seuil, 2005, 3 vol.
L’Harmonie des plaisirs. Les manières de jouir du siècle des Lumières à l’avènement de la sexologie, Paris, Perrin, 2007.
Les Conférences de Morterolles, hiver 1895-1896. À l’écoute d’un monde disparu, Paris, Flammarion, 2011.
Histoire de la virilité (codir. avec J.-J. Courtine et G. Vigarello), Paris, Seuil, 2011, 3 vol.
La Douceur de l’ombre. L’arbre, source d’émotions, de l’Antiquité à nos jours, Paris, Fayard, 2013.
La Pluie, le Soleil et le Vent. Une histoire de la sensibilité au temps qu’il fait (dir.), Paris, Aubier, 2013.