Kreizh au KuB

KuB ! Un acronyme bien entendu, mais mâtiné d’une langue régionale. « Ku » pour culture et « B » pour Bretagne (ou Breizh).
KUB est LE webmédia breton de la culture, ce qui ne veut surtout pas dire qu’il s’agit d’un webmédia de la culture bretonne !

Le webmédia breton de la culture.

L’ambition de cette plateforme est non seulement d’accueillir mais aussi de permettre la diffusion de la création culturelle en Bretagne. Et oui, les Bretons peuvent chanter d’autres refrains que « ils ont des chapeaux, vive la … »

Après la version test lancée en avril 2017, la nouvelle née KuB vient de paraître avec pour ambition d’exposer des œuvres singulières, peu ou pas visibles sur les écrans traditionnels, avec une attention particulière apportée aux nouvelles écritures.
À l’occasion du lancement de sa nouvelle version, KuB fait une tournée en Bretagne et vient à la rencontre des espaces de culture et des acteurs culturels bretons. Ses responsables étaient dernièrement au théâtre du Pays de Morlaix. Porté par le Contrat d’objectifs et de Moyens et dans le cadre du Projet audiovisuel breton, KuB, basé à Vannes, est conventionné par l’État et la Région pour éditer des programmes sur le web, pour améliorer la visibilité des événements et des artistes de Bretagne mais aussi pour accompagner des projets sous forme de coproduction, de coédition. Le site dispose déjà de 400 vidéos il s’articule autour de 5 grands thèmes : les arts, les gens, les territoires, l’histoire, les collections.


Aujourd’hui ce sont « Les Gens » qui ont retenu mon attention et notamment la rubrique « Le Travail », je vous invite à aller jeter vos deux yeux sur « Les Mémoires Vives », une série de six portraits d’ouvrières réalisée par Cécile Borne et Thierry Salvert .

Ces ouvrières parlent de leur condition. L’évolution des pratiques, des techniques, des produits… Le travail qui se complexifie, s’accélère. Des jeunes femmes qui se forment, intègrent les gestes, acquièrent l’expérience, cherchent à obtenir un CDI, à prendre de l’ancienneté. Accomplir son travail, s’accomplir par le travail. Passer sa vie au travail. Attendre la retraite. Thématiques connues mais vécues différemment au gré des caractères, des situations et des âges. Ces voix intérieures se confient pendant qu’on voit les corps au travail. Travailler avec une machine au risque de devenir machine.
Cet article présente le travail des deux artistes : ICI

Bon voyage et belles découvertes.

Le réchauffement planétaire vu par la NASA

Ben voilà … Que dire de plus?

Urbabillard

Les images de la NASA montrent comment la terre se réchauffe, de manière accélérée. La réalité d’aujourd’hui dépasse les projections les plus pessimistes des scientifiques du 20e siècles. Il est grand temps que les efforts tant globaux que locaux se coordonnent afin de réduire la pollution et préserver le climat.

View original post

LES DISPARUS DE LA GRANDE GUERRE. Un webdoc exceptionnel.

700 000.
C’est avec quelques semaines de retard que je publie ce court billet pour vous présenter un webdocumentaire exceptionnel dont certains d’entre vous ont déjà entendu parler. Il s’agit d’un webdoc en ligne sur le site de l’INRAP (l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives) et consacré aux 700 000 corps de soldats disparus sur la ligne de front en France au cours des batailles totales menées entre 1914 et 1918 par les armées des pays belligérants.
Pourquoi 700 000 ? L’archéologue Yves Desfossés, conservateur de l’archéologie en Champagne-Ardenne, explique que sur les 10 millions de soldats morts sur les champs de bataille, de nombreux corps n’ont jamais été récupérés. Les archéologues se fondent sur les statistiques les plus sûres, celle du Commonwealth dans la mesure où celui érige une sépulture individuelle aux soldats; il est, de ce fait, aisé de calculer la différence entre le nombre de soldats engagés et le nombre de sépultures. Le chiffre ainsi obtenu est extrapolé aux autres nations engagées dans le conflit.

700 000. Un des sites de fouille.
700 000. Un des sites de fouille.

Le webdocumentaire de 70 minutes revient sur le déroulement d’un immense chantier archéologique qui cherche les restes de ces soldats. Après une introduction, l’internaute est invité à se rendre sur 5 chantiers de fouille s’ouvre alors une expérience immersive passionnante et très émouvante. Le chantier se décline en 5 moments : Où et comment le ou les corps ont été retrouvés ? Pourquoi ont-ils été inhumés à cet endroit?Qui sont les soldats ? D’où venaient-ils ? Quelle vie ont-ils laissé derrière eux ? Les objets trouvés permettent d’identifier le soldat et de brosser le portrait de ces hommes venant tous les pays et des empires coloniaux. L’archéologie permet de nommer ces disparus, on comprend ainsi que l’angoisse profonde de tous les soldats était de mourir dans l’oubli. Le travail des archéologues, des anthropologues et des médecins légistes est essentiel et ce webdoc nous invite à les suivre et à les accompagner dans leurs questionnements et leurs hypothèses.

Cimetière de Boult sur Suippe
Cimetière de Boult sur Suippe

A Roclinourt, pris sous les bombardements ennemis, Pierre Grenier a été enseveli avec ses effets personnels et son équipement : son portefeuille avec la photo de sa famille, son porte-monnaie dans lequel il avait placé son alliance en or, un petit livre de prières… Il porte aussi sur lui une lettre, adressée à sa femme et à ses jumeaux, nés au début du conflit et qu’il ne verra jamais. L’enquête révèle en effet que trois jours après avoir écrit cette lettre, le 25 septembre 1915, Pierre Grenier disparut lors de la troisième bataille d’Artois avec 234 autres camarades de son régiment (source :
http://www.inrap.fr/700000-un-webdocumentaire-sur-les-disparus-de-la-grande-guerre-10840
Dans la Marne à Boult-sur-Suippe l’archéologue Bruno Duchêne dirige la fouille d’un cimetière de fortune où les soldats allemands étaient enterrés pendant les combats et dont une partie a été exhumée après la fin de la guerre. Les défunts proviennent soit directement du champ de bataille, soit de l’hôpital militaire allemand qui était installé dans le village. Plus de 600 tombes sont mises au jour et un millier d’objets personnels et militaires sont retrouvés par les archéologues. Les plaques d’identification des soldats, d’abord illisibles, sont envoyées au laboratoire des métaux ferreux. L’identité de l’un d’entre eux est révélée : il s’agit d’August Seelmeyer, appartenant au régiment d’artillerie allemand FAR26. Tout juste arrivé sur le front de Champagne, après seulement six jours de combat, August est frappé par un obus. Il a 19 ans.
Vous pouvez aussi vous rendre à Saint-Laurent-Blangy, dans une carrière de l’Aisne où une sépulture d’urgence a été vandalisée ou encore à Massiges.

700 000. Carte des fouilles. capture.
700 000. Carte des fouilles. capture.

A vous de partir sur les traces des soldats disparus : 

– Le webdocumentaire 700 000 
– Une présentation sur France Inter, à partir de la 33ème minute de l’émission, le Club des têtes au carré.
– La page FACEBOOK vous permettant de suivre l’actualité de ce webdoc.

Le Lac de Guerlédan (2015-2016)

Si vous n’êtes pas du Centre Bretagne, si vous n’avez pas fait un peu de tourisme dans le Kreiz Breizh, si vous ne regardez le 13 heures de Pernaut sur TF1 ; à ce propos avez-vous remarqué la surreprésentation des sujets traitant de la Bretagne dans cette édition ? Si vous ne connaissez pas le premier, n’avez pas arpenté le deuxième, ne regardez pas le troisième, il est fort probable que le nom de Guerlédan n’évoque rien pour vous.

Laissez vous prendre par la main, je vous y emmène.

Lac de Gerlédan. Localisation0

Le Lac de Guerlédan c’est là ! Entre la N164 qui parcourt la Bretagne de Brest à Rennes et la D767 qui rejoint Guingamp à Vannes en passant par Mûr de Bretagne, si cela ne vous évoque aucun lieu connu de vous, c’est normal ! Voici quelques cartes à différentes échelles pour mieux vous repérer.

Lac de Gerlédan. Localisation

Lac de Gerlédan. Localisation1JPG

Lac de Gerlédan. Localisation2JPG

Le lac est à la frontière entre deux départements : Le Morbihan (petite mer en breton) et les Côtes d’Armor. Les Côtes d’Armor s’appelaient jusqu’en 1990 les Côtes-du-Nord, moi j’aimais bien cette désignation quand j’étais enfant, cela nous plaçait (même en imagination) sous des cieux septentrionaux et me rapprochait de la Cornouaille de l’autre côté de la Manche. Mais, les penseurs du marketing territorial et les édiles locaux ont décidé de rebaptiser ce coin de Bretagne « Côtes d’Armor ». Je vous invite à ce propos à lire l’article de Christian Le Bart et Thomas Procureur: Quand les Côtes du Nord sont devenues les Côtes d’Armor. Le département entre identité et attractivité .

Je m’éloigne du sujet, comme souvent ! Le lac de Guerlédan, cela me rappelle les « croisières » en vedette très très ennuyeuses pour l’enfant que j’étais, les courses en pédalo mais ça n’allait pas assez vite, les jeux dans le bois de Caurel et les baignades dans le lac beaucoup plus amusantes.

Le Lac de Guerlédan d’une superficie de 400 hectares, il s’étend sur 12 km et atteint 40 mètres de profondeur, est entièrement artificiel. Le lac sis dans la vallée du Blavet répond à trois finalités : L’alimentation en eau potable (c’est la plus grande réserve d’eau potable de la région), le développement d’activités nautiques et la production d’électricité. La construction du barrage hydro-électrique sur le cours du Blavet canalisé débute en 1923, les travaux s’achèvent en 1930. La vallée entière s’est retrouvée sous les eaux, ce que l’on peut observer sur ces trois cartes. Les cartes historiques de Cassini et d’Etat major permettent de localiser clairement le bois de Caurel et les méandres du Blavet, alors que sur la photographie aérienne rend visible la vallée ennoyée. La superposition de l’ancienne carte d’Etat major et la photographie aérienne donne la localisation précise du barrage.

Caurel Saint Aignan. Carte Cassini

Bois de Caurel. Carte d'Etat major

Guerlédan. Photo aérienne

Barrage

La mise en eau de la vallée a noyé 17 écluses et les maisons éclusières ainsi que les mines d’ardoises, cette roche métamorphique a longtemps été exploitée dans le pays du Centre Bretagne.

 

Le lac a déjà été mis à sec, la dernière fois c’était en 1985, entre mai et octobre 2015, EDF a procédé à l’examen technique du barrage en vidangeant complètement la retenue d’eau. Pendant les 6 mois d’assec, des nombreux travaux ont été réalisés, ça a surtout permis aux nombreux promeneurs de découvrir le fond du lac, d’arpenter les anciens chemins de l’halage, de marcher sur des mottes de vase asséchée et craquelée, de toucher les murs des maisons depuis longtemps englouties, d’observer les restes d’anciennes activités humaines qui gisent au fond du lac. C’est à la fois émouvant et inquiétant de penser effleurer les pignons de ces maisons plongées au fond de ce lac. Voici quelques clichés pris cet été au cours d’une promenade aérienne et aquatique

Guerlédan11 Guerlédan10 Guerlédan9 Guerlédan8 Guerlédan7 Guerlédan6 Guerlédan5 Guerlédan4 Guerlédan3 Guerlédan1 Guerlédan0

 

Le début du remplissage, novembre 2015 :

Une carte interactive pour voir les photos des internautes-promeneurs :

Micheal James Murray : les drones de villes.

Michael James Murray est un jeune artiste artiste américain qui a grandi à Rochester dans l’Etat de New York, rattaché au collectif Out of town basé à Philadelphie, il est un spécialiste de la photographie panoptique, il nous propose de survoler plusieurs villes nord-américaines ou européennes.

Montréal :

Budapest :

Philadelphie :

Ou encore les vues impressionnantes de l’ancien quartier ouvrier de Philadelphie, Fishtown, modelé par l’architecture John T Widrin

Nous allons changer d’espace et quitter la grande métropole de l’Ouest et les territoires urbains pour nous rendre en Arizona, à Sedona au cœur  du « Red Rock Country »

Je vous souhaite un bon voyage.

Opicinus, un fou à la curie d’Avignon?

Je vous invite à lire ou à feuilleter comme une étape gourmande le magnifique ouvrage écrit par Laurent Baridon  Un atlas imaginaire. Cartes allégoriques et satiriques paru chez Citadelles et Mazenod.
La « carte » qui ouvre le premier chapitre intitulé  « l’imaginaire des cartes » est celle réalisée par Opicinus de Canistris composée vers 1335 et qui est aujourd’hui conservée à Rome dans la Bibliothèque Vaticane (Ms. Vaticanus Latinus 6435). Un choc en forme d’hallucinations cartographiques : que vois-je ? Où dois-je me trouver ? Que m’indique cette carte, moi qui suis plus au fait de la lecture d’une carte IGN ?

Opicinus de Canistris. Voll 77, bibliothèque vaticane
Opicinus de Canistris. Voll 77, bibliothèque vaticane

Je ne distingue qu’un face à face, un tête à tête entre un homme et une femme, mais à y regarder de plus près c’est une toute autre réalité qui se dévoile. L’homme encapuchonné, est-il tonsuré, est assis et ses pieds reposent sur un socle, il regarde droit devant lui, dans une attitude extatique. Sa main droite serrée est reliée à son corps par un étrange cordon ombilical dont la terminaison figure un petit animal. Tous les doigts sont repliés, sauf le majeur pointant vers un petit élément blanc, Sicilia. En face, une femme, coiffée d’une mitre dont les contours dessinés hors du cadre sont le support de cette formule « eccl[es]ia lib[er]a a seductore » (« l’Eglise libérée du séducteur »). A priori voilà formulée une étrange pensée : une femme coiffée d’une mirte, une femme évêque ; cela frise l’hérésie, c’est la présence de l’homme qui pourrait faire « songer » qu’il s’agit d’une femme, il n’en est rien. La femme, figure allégorique de l’Ecclesia, l’Eglise, c’est-à-dire la communauté des croyants, est bottée, italienne et grecque, se courbe vêtue d’une simple cape. Elle semble même vouloir s’en dévêtir : observez le sens de son pas et ses épaules dénudée. L’Eglise- Femme se penche et porte avec/en elle le Sauveur : comment ne pas attirer son regard vers  le Christ en majesté inscrit en astre?

Maintenant pivotez la carte. Que voyez-vous ? N’est-ce pas l’Afrique du Nord regardant vers l’Europe méditerranéenne ?

 

opicinus de canistris vol 77.
opicinus de canistris vol 77.

Qui est donc Opicinius ?

Opicinius ou Opicino est né à Pavie au XIIè siècle finissant, il devient prêtre quand la ville est l’un des théâtres de la lutte entre les Gibelins et les Guelfes. Le jeune prêtre formé à Gênes au dessin et à la cartographie, tombe sous le coup d’une accusation de simonie, excommunié pat l’évêque il trouve refuge à Avignon après avoir longtemps errer avec de nombreux mystiques mendiants. C’est une époque de privation qui le marque beaucoup. En 1329 il travaille à la Pénitencierie pontificale. Nous sommes dans les années 1330 et Opicinuo peint un tableau pour remercier le pape Jean XXII qui l’a nommé comme scribe.

Les plaignants qui le poursuivaient à Pavie retrouve sa trace en 1331, la procédure pour simonie reprend cette fois ci en Avignon. Son état de santé psychique se détériore jusqu’à la crise de 1334 : il sombre dans un état stuporeux, d’angoisses, accompagné d’hallucinations, il reçoit l’extrême onction. Quand il reprend conscience, il est muet et privé de sa main droite et est persuadé de devoir accomplir une mission après avoir vu dans le ciel des vases et la Vierge. Il commence à dessiner ses cartes en 1335, il continue ce travail de cartographe jusqu’à sa mort vers 1353, les nombreux commentaires dont il surcharge ses cartes permettent de retracer son parcours.

Son travail de cartographe est indépendant de sa charge, Opicino commence à produire des dessins à caractère religieux, souvent sous forme de roues et de cercles, ainsi que des cartes anthropomorphiques représentant l’Europe et l’Afrique du Nord comme deux personnages tournés l’un vers l’autre et parfois entourés de monstres marins.

Deux manuscrits issus de cette activité graphique ont été conservés par l’administration pontificale dont relevait l’auteur et à sa suite par la Bibliothèque vaticane. Un volume en parchemin, Pal. lat. 1993, contient 52 planches qui ont été publiées par Richard G. Salomon en 1936. Le codex en papier Vat. lat. 6435, retrouvé plus tardivement, contient des textes plus abondants entre lesquels apparaissent une trentaine de cartes et dessins. Ces documents étranges conservés dans le secret des collections de la Bibliothèque vaticane sont tous consacrés à la Méditerranée ; la carte du folio 77 est l’une des plus complètes et aussi des plus annotées.
Les territoires sont anatomisés. Si l’on prend l’exemple de l’Afrique, le continent apparait sous la forme d’un Maure que l’on pourrait prendre pour un moine, ses genoux correspondent aux cotes libyennes, vers Benghazi et sa main droite correspond à Carthage. Le plus troublant est la carte dans les cartes : la carte dessinée en blanc cerné de noir se superpose à deux autres, teintées de brun et de gris foncé. Les personnifications de l’Europe et de l’Afrique sont redessinées mais inversées selon un axe de report qui passe par le sexe de deux personnages, selon une ligne qui va de Venise à Benghazi. On retrouve à l’encre brune une partie de la tête de l’Eglise Europe et du Maure Afrique dans l’est de la mer Noire, leurs corps sont représentés mais ils disparaissent sous les corps-continents figurés en blanc. Les formes teintées d’encre grise correspondent aux parties maritimes de la carte inversée dessinée à l’encre brune. On peut aussi distinguer le négatif des côtes : la tête d’un diable de profil apparaît dans le dessin de la côte orientale de la Méditerranée, son nez correspond au golfe d’Antalya et Chypre prend la forme d’une oreille pointue. La barbe du diable orne la mer Egée, ses cheveux flottent de part et d’autre de la Bretagne.

opicinus de canistris vol 77. Carte inversée
opicinus de canistris vol 77. Carte inversée?

Pour Muriel Laharie, ce prêtre est en proie à des hallucinations cartographiques qui sont liés aux événements qui marquent sa vie. Ce qui demeure passionnant c’est la manière d’anatomiser les territoires et d’en donner une image sexuée.

Plus nous aiguisons notre regard, plus cette carte parle et devient même très bavarde.

 

En savoir plus :

– Barion L :Un atlas imaginaire. Cartes allégoriques et satiriques, Citadelles et Mazenod.2011
– Gandelman Claude. « Le texte littéraire comme carte anthropomorphe : d’Opicinus de Canistris à Finnegans Wake ». In: Littérature, N°53, 1984. Le lieu / La scène. pp. 3-17. [En ligne] http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/litt_0047-4800_1984_num_53_1_2213
– Laharie M., Roux G : Art Et Folie Au Moyen Age – Aventures Et Énigmes D’opicinus De Canistris (1296-Vers 1351)
– Piron S, « Muriel Laharie, Le Journal singulier d’Opicinus de Canistris (1337-vers 1341). Vaticanus latinus 6435 », Revue de l’histoire des religions [En ligne], 3 | 2010, mis en ligne le 01 octobre 2013,URL : http://rhr.revues.org/7633

 

Dans La Brousse d’Antoine BRUY.

 

Antoine Bruy. Les Maquis. Capture.
Antoine Bruy. Les Maquis. Capture.

C’est en lisant dans les Chroniques de la BNF un article intitulé Photographes en action que j’ai découvert le travail du jeune photographe Antoine Bruy, un des lauréats de la Bourse du Talent.Il appartient à cette génération qui explore toutes les possibilités du numérique en revisitant des sujets négligés, voire tombés en déshérence comme la pratique du portrait. Ces photographes « constatent la vertigineuse transformation du monde et ramènent la représentation du paysage au premier plan » (Anne Biroleau). Antoine Bruy a mené un projet fascinant mêlant à la fois portraits et carnet de route qu’il a baptisé Scrublands (Les brousses) : le photographe est parti à la rencontre de ceux et celles qui vivent en marge des villes françaises et européenne, dans un espace où la population est devenue très majoritairement urbaine. J’ai beaucoup aimé ce travail généreux et humaniste.

Antoine Bruy. Scrublands. Capture.
Antoine Bruy. Scrublands. Capture.

Pour en savoir plus sur ce projet, je vous invite à lire l’article que Konbini a consacré à ce jeune artiste et pour faire plus ample connaissance, faites un détour par son site internet : Antoine Bruy.

VIMY : entre histoire et mémoire

Il y a quelques mois, au cours d’une escapade dans le Nord, nous avons fait un arrêt sur la départementale 55 entre Arras et Lens et avons visité le monument de Vimy érigé en hommage aux soldats canadiens tués en France.

Vimy. Le mémorial.
Vimy. Le mémorial.

L’assaut canadien.

Nous sommes ici sur la Crête-de-Vimy, à la fin de l’année la guerre de position qui se définit comme une guerre d’usure succède à la guerre de mouvement : les combats se stabilisent alors le long d’une ligne de front, les armées se font face à face et les soldats s’enterrent dans les tranchées. La crête-de-Vimy, au nord d’Arras, qui culmine à 145 mètres, a constitué un point fort du dispositif défensif mis en place par les Allemands : elle leur permet de contrôler l’ensemble du champ de bataille, à la fois vers Arras, demeuré aux mains des Alliés, et vers la partie occidentale du bassin minier qui a échappé à leur occupation ; des batteries de canons, installées à contre-pente mais commandées depuis le sommet du plateau, tirent sur les lignes alliées du secteur d’Arras avec une quasi impunité.

Vimy. vue sur la plaine.
Vimy. vue sur la plaine.

En raison de son importance stratégique, la crête a été massivement fortifiée, avec des lignes de tranchées ponctuées d’abris bétonnés et, surtout, des installations souterraines de grande ampleur, permises par la nature crayeuse du terrain.

De la fin de l’année 1914 à la fin de 1916, toutes les tentatives alliées pour s’emparer de ce verrou ont échoué, qu’il s’agisse des attaques françaises de mai 1915 ou des tentatives britanniques à partir de la plaine de Gohelle, dans le secteur de Loos, autour de la « colline 70 ». (source )

Lors de violents et meurtriers assaut les troupes françaises font reculer la ligne allemande vers l’Est sans toutefois parvenir à s’emparer de la crête. Le 09 avril 1917, les quatre divisions du Corps d’armée canadien prennent la crête d’assaut. Un terrible barrage d’artillerie, avec des techniques améliorées de tir de contrebatterie contre des canons ennemis, allait détruire les positions allemandes et isoler les troupes ennemies dans leurs abris. A 5h30, près de 1 000 fusils ouvrent le feu sur les positions allemandes, les Canadiens s’avancent et réussissent à s’emparer de leur objectif en début d’après midi à l’exception de la côte 145 qu’ils prennent le lendemain. Le 12 avril, la 4ème Division canadienne, avec l’aide de la 24ème Division britannique, s’empare du Bourgeon, situé à l’extrémité nord de la crête.

Carte de la progression des Canadiens à Vimy. Collection d'archives George-Metcalf MCG 19750215-030
Carte de la progression des Canadiens à Vimy. Collection d’archives George-Metcalf MCG 19750215-030

On voit ici l’offensive canadienne sur la crête de Vimy, ainsi que la progression à travers la plaine de Douai, et les batailles d’Arleux et de Fresnoy à la fin d’avril et au début de mai. Les lignes bleues indiquent l’avancée et les dates où les forces alliées atteignirent ces endroits. Les lignes roses indiquent les frontières entre divisions. Les lignes vertes montrent les vieilles avancées.

Vue sur la  plaine de Douai. Collection d'archives George-Metcalf MCG 19920085-244
Vue sur la plaine de Douai. Collection d’archives George-Metcalf MCG 19920085-244

Cette photo prise après la prise de la crête de Vimy, est une vue, vers l’est, de la plaine de Douai. Le point d’observation occupé par les soldats du premier plan témoigne de l’importance stratégique de la crête de Vimy – sa hauteur.

Cette bataille très coûteuse en hommes est caractéristique de la létalité des assauts : la victoire se fait au prix 10 602 victimes du côté canadien dont 3 598 morts.

 

Vimy. Appui d'artillerie.Collection d'archives George-Metcalf MCG 19920085-215
Vimy. Appui d’artillerie.Collection d’archives George-Metcalf MCG 19920085-215

 

La naissance du Canada moderne

La victoire de Vimy a contribué à unir le pays en insufflant à la jeune nation un sentiment d’honneur et de fierté. Le succès de Vimy a immédiatement un écho considérable au Canada, alors que la participation à la guerre se trouvait remise en cause par une bonne partie de l’opinion publique, notamment au Québec, en rupture avec l’enthousiasme des débuts du conflit lorsque de nombreux volontaires s’étaient engagés. Vimy est bien un lieu et un moment fondateurs de la jeune nation canadienne. Essayons de comprendre pourquoi ?

Cimetière canadien de Vimy. Collection d'archives George-Metcalf MCG 19801226-298
Cimetière canadien de Vimy. Collection d’archives George-Metcalf MCG 19801226-298

La première guerre mondiale fut déterminante dans l’histoire du Canada. Durant ces  quatre années de conflit, la population du Canada va, du fait de sa participation déterminante à l’effort de guerre de l’Empire britannique, affirmer sa stature de nation à part entière. Cette guerre plonge le Canada dans d’importantes difficultés économiques et politiques mais amène l’homogénéisation de ses forces armées, notamment par l’apparition de la conscription, en mai 1917. Dénombrant seulement soixante-trois mille hommes en 1914, l’armée canadienne ne cesse de se développer pendant la guerre et compte en 1918 plus de six cent mille soldats, constituant le plus gros effectif militaire au sein de l’Empire britannique. Les hommes combattent dans leur majorité sur le front occidental, en France et en Belgique. Les batailles  d’Ypres, en avril 1915, de la Somme, en septembre 1916, et surtout de la crête de Vimy. En avril 1917, font de l’armée canadienne une force estimée par les autres combattants alliés. En automne 1917, les divisions canadiennes sont engagées dans la bataille de Passchendaele où, commandées non plus par un général britannique mais par un général canadien, sir Arthur Currie (Source  )

Arthur Currie et son fils. Collection d'archives George-Metcalf MCG 19680113-001
Arthur Currie et son fils. Collection d’archives George-Metcalf MCG 19680113-001

Dès l’année 1917, un premier monument est érigé 1917 sur la crête de Vimy qui rend hommage à la 2e division canadienne et à la 13e brigade d’infanterie britannique qui combattirent ensemble au cours de la bataille. Des monuments commémoratifs étaient souvent érigés par des unités et des formations après les batailles importantes.

Premier monument commémoratif. Vimy. Collection d'archives George-Metcalf MCG 19930013-362
Premier monument commémoratif. Vimy. Collection d’archives George-Metcalf MCG 19930013-362

Le mémorial de Vimy

.Le monument national du Canada de Vimy sur le site de la mission du centenaire http://centenaire.org/fr/en-france/nord-pas-de-calais/pas-de-calais/reportage/le-memorial-national-du-canada-de-vimy
Le monument national du Canada de Vimy sur le site de la mission du centenaire : Source 

Situé sur un terrain offert par la France au peuple canadien, le monument, une imposante structure, est l’œuvre de Walter Allward, un des plus célèbres sculpteurs canadiens, à qui fut notamment commandé le monument commémoratif national rappelant la participation du Canada à la guerre d’Afrique du Sud (1899-1902).

Walter Allward
Walter Allward

Allward commença à travailler au Mémorial de Vimy en 1925 et le termina 11 ans plus tard, au coût de 1,5 million de dollars. Il est orné de 20 figures allégoriques représentant la foi, la justice, la paix, l’honneur, la charité, la vérité, la connaissance et l’espérance. La figure centrale « Le Canada pleurant ses fils disparus » rappelle les pertes subies par le pays pendant la guerre. Le Mémorial de Vimy porte les noms des 11 285 Canadiens qui ont été tués sur le sol français et dont le lieu de sépulture est inconnu.

Nom des soldats canadiens.

Le monument se dresse sur un socle de 11 000 tonnes de béton.

Vimy le socle du mémorial
Vimy le socle du mémorial

Les deux tours quadrangulaires pèsent près de 6 000 tonnes de pierre calcaire qui provient d’une carrière de la Rome antique, située sur le littoral adriatique.

Vimy. les deux tours.
Vimy. les deux tours.

Les deux tours blanches ornées de feuilles d’érable et de fleurs de lys symbolisent les sacrifices « consentis » par les deux pays. Tout en haut des tous, les statues de la Paix et de la Justice , au dessous, sur la face arrière des tours, celles de la Vérité et de la Connaissance qui sont entourées par les blasons du Canada, de la Grande-Bretagne et de la France. A la base des tours, se trouvent la figure d’un jeune soldat mourant, l’Esprit du sacrifice et celle du Porteur de flambeau.

A la base du monument, les statues d’un homme et d’une femme endeuillés ouvrent l’escalier menant aux deux tours.

Vimy. Statue  du mémorial. Homme endeuillé.
Vimy. Statue du mémorial. Homme endeuillé.
Vimy. Statue face à la plain de Douai
Vimy. Statue face à la plain de Douai
Vimy. statue femme endeuillée.
Vimy. statue femme endeuillée.

 

Les statues ont été sculptées à l’endroit même où elles se trouvent aujourd’hui.

Maquette en plâtre réalisée par Walter Allward entre 1925 et 1930 et utilisée par les tailleurs de pierre pour la construction du Mémorial de Vimy, en France.
Maquette en plâtre réalisée par Walter Allward entre 1925 et 1930 et utilisée par les tailleurs de pierre pour la construction du Mémorial de Vimy, en France.

Le Mémorial de Vimy fut inauguré en juillet 1936 devant une foule de plus de 100 000 personnes au nombre desquelles figuraient 6000 anciens combattants canadiens qui avaient fait le voyage outre-mer pour assister à la cérémonie.

Le monument commémoratif du Canada que l’on visite aujourd’hui a été restauré, pour cette restauration il a fallu démanteler et refaire les structures en pierre du socle et des parois verticales du monument, remplacer et graver les pierres endommagées, rejointoyer les tours et nettoyer les 20 statues qui ornent le monument.

 Vimy : lieu de mémoire et tourisme mémoriel.

Vimy est lieu de mémoire par excellence, je vous livre ici quelques exemples : le jour de notre visite, un groupe de scolaires canadiens posaient pour une photo de groupe.

Vimy. Groupe scolaire
Vimy. Groupe scolaire

Le site, ainsi que le souterrain et les tranchées restaurées, le centre d’accueil sont pris en charge par de jeunes volontaires canadiens. Ce 11 novembre la cérémonie commémorant l’armistice a rassemblé des Canadiens, des Français et des Britanniques.

Vimy. 11 novembre 2014.
Vimy. 11 novembre 2014. Source : la Voix du Nord

Le site des anciens combattants du Canada met à disposition du public une courte vidéo dans laquelle les images sont commentées par des extraits de lettres ou de journaux.

Vivez Vimy
Vivez Vimy. Capture. Source

Enfin, Vimy est une étape dans les chemins de mémoire de la Grande Guerre en Nord-Pas de Calais : voir la vidéo de présentation (http://www.cheminsdememoire-nordpasdecalais.fr/ ). Le site internet propose des randonnées sur les grands lieux de bataille.

Les chemins de mémoire en randonnée
Les chemins de mémoire en randonnée

Ces randonnées peuvent se faire à pied ou en vélo

Vimy sur les chemins de mémoire
Vimy sur les chemins de mémoire

Pour finir, cette estampe du capitaine australien William Longstaff qui illustre à mon sens la croisée entre histoire et mémoire

La crête de Vimy (Vimy Ridge) Estampe par capitaine William Longstaff Collection d'art militaire Beaverbrook MCG 19890275-051
La crête de Vimy (Vimy Ridge) Estampe par capitaine William Longstaff Collection d’art militaire Beaverbrook MCG 19890275-051

Vimy Ridge connut une grande popularité et des reproductions en furent faites et vendues partout dans l’Empire. Longstaff représente les fantômes de soldats gravissant la crête de Vimy en provenance de la plaine de Douai, et qui retournent au monument. Le créateur du Mémorial, Walter Allward, expliqua en 1921 qu’il avait été inspiré par un rêve fait pendant la guerre où des soldats morts « se levaient en masse, s’alignaient en silence et s’élançaient au combat pour aider les vivants. L’impression que j’en ai retirée fut si forte qu’elle dura pendant des mois. Sans les morts, nous sommes impuissants. Alors j’ai voulu montrer dans ce monument aux morts du Canada que nous avions une dette envers eux et qu’elle ne s’éteindra jamais. »

Vimy. Statue du mémorial
Vimy. Statue du mémorial.

La Petite Ceinture en boite.

Pierre Folk; By the Silent line.
Pierre Folk; By the Silent line.

La Petite Ceinture désigne l’ancienne voie de chemin de fer construite à Paris sous le Second Empire. Cette ligne ferroviaire de 32 km a été en service pour le transport des voyageurs jusqu’en 1934 et jusqu’aux années 1970 pour les marchandises.

Depuis 1988, on pouvait déjà se promener le long de la Coulée Verte, cet espace avait été créé par P. Mathieux et J. Vergely à l’emplacement de l’ancienne ligne de chemin qui reliait la place de la Bastille à la Varenne-Saint Maur.

Le projet de la Petite ceinture mené parla Mairie de Paris permet de se promener sur trois tronçons : dans les 16ème, 15ème et 12ème arrondissements (pour en savoir plus : le projet Petite Ceinture )

Paris. La petite ceinture. Juin 2014
Paris. La petite ceinture. Juin 2014
Paris. La petite ceinture.  Jardin potager
Paris. La petite ceinture. Jardin potager

La Petite Ceinture devient le refuge de ceux et celles qui voulant fuir le bruit urbain cherchent dans l’espace même de la ville des lieux préservés : quoi de mieux que les territoires délaissés ou abandonnés avant un prochain réaménagement ? Le photographe Pierre Folk est de ces urbains là.

Pierre Folk; By the Silent line.3Pierre Folk; By the Silent line.2Pierre Folk; By the Silent line.4Pierre Folk; By the Silent line.1

A travers ces images il y nourrit une réflexion sur le rapport de l’homme avec son environnement et dégage une mélancolie de la vie urbaine, ce besoin de quiétude cherché dans des recoins paumés où l’on a envie de se perdre : « Un de mes objectifs principaux était de rendre autant que possible cette impression d’avancer sur la voie, dans ce lieu entre deux mondes où se rencontrent la civilisation et la nature, le passé et le présent, le calme et l’agitation ». (Source). Pierre Folk a répondu aux questions de Konbini  , vous pouvez y lire l’interview.

Pierre Folk.

Bonne balade

PARIS, ENTRE PALAIS ET GARE. JUILLET 2014.

Paris La Fête foraine des Tuileries
Paris La Fête foraine des Tuileries

Vais-je oser le comique de répétition ? A chaque promenade je vous inflige la lecture du bulletin météo-pollution d’Air Parif, je ne vais pas couper la tradition inventée et nourrie par mes seuls soins : Oui, vous aurez le bulletin d’Air Parif agrémenté de quelques variantes. Aujourd’hui à Paris, notre capitale de notre belle France, le ciel était bleu, ce matin un vent léger comme un zéphir vous invitait à vous mettre à son diapason : la journée sera douce pour tous ceux qui ne prennent ni le RER, ni la ligne 13 (saturée, un véritable enfer urbain !), ni ne connaissent la solitude de l’homo urbanus en heure de pointe.

Paris RER

Bon! Je sens que je m’éloigne et qu’il est temps de revenir à la surface et d’aller voguer entre le 1er et le 7ème arrondissements, au jardin des Tuileries entre un ancien palais royal déserté depuis la Fronde, le Louvre, et un gare abandonné et devenue musée, Orsay.
Une dernière digression, histoire de tenir la cohérence du propos, invite à se pencher sur l’état de la pollution dans les deux arrondissements susnommés : pas de quoi fouetter son chat, mais quand même!

Air  Parif 1er arrondissement. 02 juillet 2014
Air Parif 1er arrondissement. 02 juillet 2014
Air  Parif 7ème arrondissement. 02 juillet 2014
Air Parif 7ème arrondissement. 02 juillet 2014

Le jardin des Tuileries accueille la fête foraine du même nom, la grande roue est de loin visible et en un lieu (presque minuscule) se bousculent tous les touristes qui viennent voir, se faire voir, photographier un espace qui concentre une part de l’histoire royale, industrielle et ferroviaire de Paris, qui offre des perspectives vers le quartier des affaires de La Défense et nous convie à marcher vers le XXIème siècle commençant. Paris est une aventure et le point de départ de la narration c’est vous qui le fixez, aujourd’hui on part des Tuileries.

Traversons la Seine, quelques centaines de mètres et la perspective change.

 Depuis le Pont royal. La seine et son peitit bateau
Depuis le Pont royal. La seine et son petit bateau

 

Et en se retournant, sur les berges de la Seine les piétons commencent à pérégriner, à flâner .

Paris Les Berges de La Seine.
Paris Les Berges de La Seine.
Paris Les Berges de La Seine.
Paris Les Berges de La Seine.

Avant de partir, une dernière vue prise de la passerelle L.S. Senghor : entre Louvre et Orsay.

Paris . La Seine, Le Louvre et Orsay
Paris . La Seine, Le Louvre et Orsay