Recherche

La Biblogotheque

d'une poule sur un mur.

Tag

urbain

Projet «Giganto» à São Paulo

Merci à Urbabillard dont je suis un peu fan pour cette plongée en milieu urbain (pas) hostile. Une autre façon de vivre et de voir la ville.

Urbabillard

Les visages qui font la ville, voilà comment on regarde ici São Paulo. Ces fresques occupent des espaces publics habituellement délaissés, réutilisés comme espaces d’exposition. Voici comment la photographe brésilienne Raquel Brust décrit «Giganto»: « un projet de photographie intervention hyper- dimensionnelle qui utilise la scène urbaine et l’architecture de la ville en tant que plate-forme pour l’exposition photographique». Commencé en 2008, le projet a permis d’exposer les portraits de personnes vivant sous la route surélevée de Minhocão.

Projet Giganto

Les piliers de béton qui surplombent la rue retrouvent un semblant d’humanité, peut-être aussi les sans-abri. La démarche est à la fois sociale, artistique et urbanistique.

View original post 7 mots de plus

Jour ordinaire d’un trafic fluide.

Aujourd’hui il faisait beau sur Paris, le ciel était dégagé et commence à souffler sur not’ capitale un léger vent d’automne qui habille la ville de couleurs chaudes. Aujourd’hui l’air semblait tout propre et la visibilité ne semblait pas obstruée par un brouillard de particules fines, pourtant AirParif nous proposait le tableau suivant.

Air Parif 30 octobre 2013
Air Parif 30 octobre 2013

Comme quoi entre la réalité et le ressenti se tissent des voiles souvent incertains, en tous les cas personnels. Mais l’objet de ce post n’est pas la tenue d’un point presse météo, les chaines de télé le font avec beaucoup plus d’imagination relevant souvent des pronostications dignes d’un almanach du XVIIè sicèle, mais je m’égare.

Dans cette métropole qui est une ville mondiale, la survie de la cité est inhérente aux mobilités offertes accessibles ou compliquées, comme dit le géographe C. Allmang la ville est un mille-feuille passant. A Paris, le symbole de cette ville en mouvement est peut-être le fameux périphérique sur lequel transite quotidiennement environ 1.3 million de véhicules qui roulent, circulent, trépignent, foncent et ralentissent dans un bruit assourdissant pour les pov’ malheureux qui ouvriraient les fenêtres d’un habitacle que l’on s’efforce de croire comme sécurisant. Cette ceinture est comme un cœur qui innerve ses territoires environnants, à tel point qu’un site  est consacré au trafic sur l’anneau. Ce soir, nous ne sommes pas très loin d’une thrombose ordinaire.

Le périph' 30 octobre 2013
Le périph’ 30 octobre 2013

Cet après-midi, le périph’ vu de la ceinture extérieure ça pouvait donner ça,  même si le mouvement rend les clichés flous, mais enfin on fait ce qu’on peut :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :